Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Corse : l’incendiaire présumé de Bastelica mis en examen

mardi 28 mars 2017 à 6:19 - Mis à jour le mardi 28 mars 2017 à 7:19 Par Patrick Rossi, France Bleu RCFM et France Bleu

L’exploitant agricole originaire de la région et interpellé samedi 25 mars par les gendarmes a été mis en examen après 48 heures de garde à vue. Il a été placé sous contrôle judiciaire. Il est soupçonné d'avoir déclenché le feu qui a détruit 400 hectares de végétation le 24 mars dernier.

Spectacle de désolation à Bastelica après l'incendie criminel qui a détruit 400 hectares de végétation en moins de 24 heures
Spectacle de désolation à Bastelica après l'incendie criminel qui a détruit 400 hectares de végétation en moins de 24 heures © Maxppp -

Corse-du-Sud, France

Il avait été mis en cause par différents témoins. L’exploitant agricole, originaire de la région de Bastelica avait été aperçu sur les lieux du sinistre. « Des incohérences ont été relevées dans ses déclarations par rapport à d’autres témoignages qui ont pu être recueillis. Enfin, il a eu un comportement surprenant et notamment en appelant pas les pompiers après avoir constaté des flammes au loin. A ce stade de l’enquête, nous sommes certains qu’il y a eu au moins quatre départs de feu » précisait Marion Brulez, la vice procureur de la République d'Ajaccio.

L’origine criminelle avérée

Ces incendies sont d’origine criminelle. La cellule spécifique, composée de gendarmes, de pompiers et d’agents de l’office national des forêts a confirmé quatre mises à feu. « Il y a au moins quatre départs de feu clairement établis. L’origine criminelle ne fait absolument aucun doute » indiquait le général Plesse, commandant de région de la gendarmerie de Corse. Quatre foyers qui n’ont plus fait qu’un seul plus tard dans la soirée du vendredi 24 mars, un feu très importants qui aura détruit au final plus de 400 hectares de végétations, blessé cinq pompiers et détruits sept véhicules des services de secours.

Le département salue les soldats du feu

A l’occasion de la réunion du conseil départemental de la Corse du Sud, lundi 27 mars, les élus ont rendu hommage aux pompiers qui ont risqué leur vie pour venir à bout de ce sinistre. Ayant perdu du matériel durant la lutte (7 camions et voitures), le département de la Corse du Sud va devoir procéder au remplacement de certains engins. Ces camions spécifiques ne s’acquièrent pas si simplement, « nous avons deux CCF et un 4x4 complètement détruits. Les dégâts sont estimés à 1 million d’euro. Et il est encore trop tôt pour chiffrer les travaux des CCF qui devront être réparés. On ne remplace pas un camion comme ça, ce n’est pas comme si l’on achetait une voiture. Il faut compter en moyenne une bonne année pour acquérir un CCF. Autrement dit, et dans la perspective de la saison estivale, on va voir si des services de secours du continent sont en mesure de nous mettre à disposition quelques engins » indiquait d’ailleurs Charles Voglimacci, le président du SDIS de Corse du Sud.