Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'indulgence du tribunal de Tarbes pour des agresseurs d'homosexuels

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre, France Bleu

Le tribunal correctionnel de Tarbes a condamné ce jeudi sept jeunes à des peines allant de six mois avec sursis à trois ans de prison ferme pour des agressions considérées comme homophobes.

La salle d'audience
La salle d'audience © Radio France - Daniel Corsand

Sept hommes et une femme de 20 à 24 ans condamnés à des peines allant de prison six mois avec sursis à trois ans de prison ferme. Ils répondaient principalement de vols avec violences. Onze faits visant le plus souvent des hommes homosexuels attirés via un site internet de rencontres dans des endroits isolés de Tarbes et ses alentours. Les faits se sont déroulés entre mars et septembre 2017.

La plaidoirie de Patrick

Cette journée de jeudi a été marquée par Patrick, l'une des victimes. Il a choisi de venir sans avocat. Il a donc plaidé sa cause le matin. Il a demandé l'euro symbolique pour son préjudice moral, comme pour faire la leçon à ses agresseurs.

L'indulgence du tribunal

Les peines sont, somme toute, clémentes. La présidente a même parlé d'indulgence au moment du délibéré. Même l'avocat de celui qui a été condamné à 3 ans ferme est satisfait. Maître Thierry Sagardoytho parle d'une "peine mesurée", qui prend en compte l'âge de ces prévenus. Trois d'entres eux étaient poursuivis pour extorsion en raison de l'orientation sexuelle des victimes. Autrement dit : homophobie. Cette infraction a été retenue par le tribunal. Me Jacques Bertrand a tenté en vain de convaincre le tribunal que ce n'était pas le cas. 

Je ne crois pas qu'ils aient eu l'intention de stigmatiser une catégorie de personnes. Mais il est bon qu'on leur fasse une réflexion sur les conséquences sociales et personnelles des personnes qui ont été victimes" —  Un avocat

Me Jacques Bertrand

A noter qu'un des huit hommes a été relaxé au bénéfice du doute.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess