Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

L'infirmière interpellée à Paris porte plainte à l'inspection générale de la police nationale

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L'infirmière interpellée mardi après avoir jeté des projectiles sur les forces de l'ordre pendant la manifestation des soignants à Paris porte plainte à l'inspection générale de la police nationale (IGPN). Elle reproche aux policiers une arrestation trop violente alors qu'elle ne se débattait pas.

L'infirmière a été interpellée lors de la manifestation parisienne des personnels soignants
L'infirmière a été interpellée lors de la manifestation parisienne des personnels soignants © Maxppp - Le Pictorium/Jan Schmidt-Whitley

L'infirmière d'une cinquantaine d'années, dont l'interpellation filmée a fait le tour des réseaux sociaux et des médias, porte plainte à l'inspection générale de la police nationale (IGPN). Filmée en train de jeter des projectiles sur les forces de l'ordre, puis mise à terre par des policiers pour être arrêtée, elle leur reproche d'avoir été trop violents. 

Sur la vidéo de l'interpellation, on aperçoit la femme en blouse blanche être traînée au sol par les cheveux puis plaquée contre un arbre par des agents de police. Une arrestation trop violente pour laquelle l'infirmière décide de saisir l'IGPN. Celle-ci a précisé lors que sa garde à vue "qu'elle ne se débattait pas". 

Lors de son audition, la soignante a concédé avoir jeté des cailloux, tout en s'étonnant que cela soit assimilé à des violences, et précisé qu'elle fuyait les gaz lacrymogènes envoyés par la police. Elle a également reconnu avoir fait des doigts d'honneur, non pas contre les policiers mais "contre l'État", et dit avoir ressenti "une grande colère" après les jets de lacrymogènes.   

Sortie de garde à vue mercredi 17 juin dans l'après midi, elle sera convoquée au tribunal de Paris le 25 septembre prochain pour être jugée pour "outrages" et "violences" sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu