Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'INRAP s'implante en Corse

mardi 7 août 2018 à 19:41 Par Pierre-Louis Antoniotti, France Bleu RCFM

L'Institut National de Recherches Archéologiques Préventives va élire domicile à Vescovato à partir du 15 octobre. Il prendra la place de la brigade motorisée dont le départ pour la caserne de Borgo et les nouveaux logements à Lucciana a été acté.

De gauche à droite : Antoine Poli le président de la Communauté des Communes de la Casinca, Benoît Bruzi le maire de Vescovato et Daniel Guérin le directeur général de l'INRAP
De gauche à droite : Antoine Poli le président de la Communauté des Communes de la Casinca, Benoît Bruzi le maire de Vescovato et Daniel Guérin le directeur général de l'INRAP © Radio France - Pierre-Louis Antoniotti

Vescovato, France

Le départ à venir des huit gendarmes et de leurs familles de la gendarmerie de Vescovato est incontestablement un coup dur pour la commune. Pourtant, Benoît Bruzi, le maire, refuse le fatalisme. Il entend dire par un responsable de la FAGEC (Fédération Associations Groupements Etudes Corses) orignaire de la Casinca, que l'Institu National de Recherches Archéologiques Préventives cherche à s'installer en Corse. Après plusieurs semaines et diverses réunions de concertation, le projet prend forme.

L'INRAP installera son 51ème centre d'études à Vescovato. La douzaine de chercheurs disposera d'un local de 242 m². Quelques petits aménagements seront à prévoir. L'INRAP devra s'acquitter de la somme de 25 000 euros par an en guise de loyer.

L'actuelle gendarmerie de Vescovato, qui deviendra en octobre le local de l'INRAP - Radio France
L'actuelle gendarmerie de Vescovato, qui deviendra en octobre le local de l'INRAP © Radio France - Pierre-Louis Antoniotti

Daniel Guérin, le directeur général de l'INRAP, a signé, mardi 7 août, le bail liant l'INRAP à Vescovato. 

Daniel Guérin, le directeur général de l'INRAP

« Nous avions jusqu’alors un bureau de l’INRAP dans les locaux de la DRAC à Ajaccio. Un bureau pour dix à quinze archéologues c’est tout à fait insuffisant. Il était relativement excentré de nos principaux de diagnostics et de fouilles qui sont principalement sur le Cap ou en Plaine Orientale, et donc la localisation de Vescovato, le type de locaux, correspondent beaucoup mieux à nos besoins.

On trouve énormément de vestiges, d’éléments de l’histoire de la Corse. Nous conduisons une vingtaine d’opérations archéologiques par an sur le territoire de la Corse, ce qui est beaucoup, ce qui est en progression. Il y a quelques années nous n’en conduisions qu’une dizaine. Donc oui, c’est un territoire à fort enjeu archéologique, c’est d’ailleurs notamment pour cela que nous renforçons notre implantation. »

La signature du bail - Radio France
La signature du bail © Radio France - Pierre-Louis Antoniotti

Même son de cloche pour Benoît Bruzi, le maire de Vescovato, qui estime que tout le monde est gagnant :

Benoît Bruzi, le maire de Vescovato

« Pour une petite commune du rural comme la nôtre, de perdre la gendarmerie motorisée, c’était quand même quelque chose de très pénalisant pour nous. De récupérer l’INRAP dans nos locaux, ce n’est pas une mauvaise chose. Ce sont des locaux ultra-sécurisés. On parle d’objets qui n’ont pas forcément une valeur pécuniaire, mais qui ont une valeur pour l’homme très importante. Ce sont aussi des locaux adaptés aux personnes à mobilité réduite. Dès le départ, nous avions comme projet de faire participer les écoles de notre territoire à quelques petits chantiers. En matière d’apprentissage, je pense que c’est très important. »

L'INRAP effectue environ 200 fouilles sur l'ensemble du territoire national.

1ère partie du bail - Radio France
1ère partie du bail © Radio France - Pierre-Louis Antoniotti
2nde partie du bail - Radio France
2nde partie du bail © Radio France - Pierre-Louis Antoniotti