Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'instituteur de Malicornay mitigé après l'audience au tribunal administratif de Limoges

-
Par , France Bleu Berry

Matthieu Faucher conteste sa mutation d'office prononcée en juin 2017 par l'Inspection d'Académie.

Matthieu Faucher veut être totalement blanchi par le tribunal administratif
Matthieu Faucher veut être totalement blanchi par le tribunal administratif © Radio France - Gaëlle Fontenit

Malicornay, France

Matthieu Faucher avait clairement affiché la couleur avant de se rendre au tribunal administratif de Limoges : il voulait être totalement blanchi des accusations de prosélytisme qui pèse sur lui, suite à une dénonciation anonyme en 2017. Cet instituteur, alors en poste à Malicornay, a été sanctionné par l'Inspection d'académie qui l'avait alors muté d'office. Sanction que contestait l'enseignant ce mercredi 10 juillet devant le tribunal. 

Or, les conclusions du rapporteur public lui laisse un arrière goût : s'il a bien donné raison à l'enseignant en estimant que la sanction de l'Inspection académique était disproportionnée, il n'a pas totalement dédouané Matthieu Faucher, laissant entendre donc implicitement qu'il y avait bien eu, a minima, erreur de la part de l'enseignant.  

"Je veux qu'il soit dit que je n'ai commis AUCUNE faute professionnelle dans mon travail"

L'enseignant persiste : "la séquence sur les textes bibliques que nous avons fait en classe a duré environ 7 heures et était parfaitement conforme au programme de l'école primaire en 2016. "

Si le tribunal annulait la sanction, l'enseignant, aujourd'hui remplaçant dans des écoles primaires du département de l'Indre, pourrait reprendre son poste comme titulaire dans l'école de Malicornay. 

"Il faudrait un grand courage de la part du tribunal pour oser déclarer que je n'ai commis aucune faute, parce que cette décision ferrait jurisprudence. Cette décision signifierait pour l'ensemble des enseignants de ce pays que l'enseignement du fait religieux, ce n'est pas interdit" insiste Matthieu Faucher.

La décision du tribunal est attendue pour la fin du mois de juillet.