Faits divers – Justice

L’instituteur pédophile de Planaise ne fait pas appel

Par Anne Chovet, France Bleu La Rochelle, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu jeudi 22 décembre 2016 à 10:35

La cour d'assises de la Savoie lors du procès d'Eric Molcrette
La cour d'assises de la Savoie lors du procès d'Eric Molcrette © Radio France - Bleuette Dupin

Éric Molcrette, l’ancien instituteur de Planaise (Savoie) ne fera pas appel. Le 16 décembre, il avait été condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour viols et agressions sexuelles par la cour d'assises à Chambéry, reconnu coupable de viols ou agressions sexuelles sur une trentaine de fillettes.

Les parents des victimes ne subiront pas un deuxième procès. Éric Molcrette a décidé de ne pas faire appel selon l’un de ses avocats, Maitre Olivier Connille.

Cet ancien instituteur de Planaise, dans l’avant-pays savoyard, a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle -la peine maximale- par la cour d’assises de la Savoie vendredi 16 décembre. Éric Molcrette a été reconnu coupable des viols ou agressions sexuelles d’une trentaine de fillettes entre 2011 et 2013. Les fait se sont déroulés pour l'essentiel dans l'école du petit village savoyard de Planaise près de Montmélian, lors de cours de soutien pendant lesquels cet homme de 51 ans avait mis en place des "ateliers du goût", où il imposait des fellations à ces enfants les yeux bandés. Il avait aussi ainsi que lors de camps de vacances qu’il dirigeait en Charente-Maritime.

Son avocat lui avait conseillé de faire appel

"Il ne souhaite pas faire appel car il sait que cela va entraîner des souffrances supplémentaires"

— Maître Olivier Connille, avocat d'Éric Molcrette

Maitre Connille joint par Bleuette Dupin

Maitre Olivier Connille, l’avocat d’Éric Molcrette, avait conseillé à son client de faire appel mais il a donc refusé. "Ce que je trouve dommageable c’est que dans le cadre de ce procès il y avait la possibilité d’avoir une rencontre entre des parents victimes et un homme responsable de leur souffrance. Cette rencontre n’a pas pu avoir lieu lors du procès", explique Maitre Connille.

La peine maximale

Avec cette peine de 20 ans de réclusion criminelle, la Justice a prononcé la peine maximale. Dans son réquisitoire, l'avocate générale, avait évoqué un procès "hors-norme" et la "gravité exceptionnelle des faits". Elle avait donc elle-même requis vingt années d de réclusion criminelle, assortie d'une période de sûreté des deux-tiers, ainsi qu'un suivi socio-judiciaire de dix ans. Agnès Deletang avait aussi insisté sur la "dangerosité" de ce "pédophile de proximité avec un statut qui le plaçait ipso facto au-dessus de tout soupçon" regrettant que, contrairement au système américain, il n'y ait pas en France "la possibilité de cumuler" les peines.

À lire aussi


Planaise, en Savoie - Radio France
Planaise, en Savoie © Radio France -