Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le directeur de l'école catholique l'Angélus dans le Cher mis en cause pour maltraitance

L'institution l'Angélus à Presly restera fermée jusqu'au 8 juillet au moins

-
Par , France Bleu Berry
Presly, France

Ce jeudi, le tribunal administratif d'Orléans n'a pas donné de suite favorable à la demande des avocats de l'école qui demandaient sa réouverture, après une fermeture décidée par la préfecture. Dans le même temps, le directeur a été placé en garde à vue.

L'un des bâtiments de l'Angélus à Presly
L'un des bâtiments de l'Angélus à Presly © Maxppp - Stéphanie Para

Le directeur de l'Angélus à Presly, près de Vierzon, a été à nouveau placé en garde à vue ce jeudi alors que l'enquête pour des suspicions de violence sur certains élèves se poursuit. La préfecture du Cher avait fermé l'institution catholique hors contrat au tout début du mois de juin suite à une descente de gendarmerie dans l'établissement. Les avocats de l'école avaient contesté devant la justice cette fermeture prévue jusqu'au 8 juillet. Le tribunal administratif d'Orléans a rejeté leur demande ce jeudi. Les avocats avaient mis en avant le sort des 109 enfants, privés de cours durant tout le mois de juin. 19 devaient passer un examen.

Quelle suite après le 8 juillet ?

Pour Me Ludivine Lamoure, il y a là une rupture d'égalité des chances. Un argument qui a été entendu par le tribunal, selon l'avocate de l'Angélus, mais le temps a joué contre l'institution. Le tribunal n'aurait selon elle, pas vu l'utilité de rouvrir l'établissement, huit jours avant la fin de sa fermeture administrative. L'inspection académique s'était engagée à rescolariser les élèves préparant le baccalauréat.

Reste à savoir si la préfecture prendra un nouvel arrêté de fermeture à partir du 9 juillet. Une éventualité que Me Lamoure est déjà prête à contester à nouveau tant le dossier d'accusation lui parait vide. Mais les charges pourraient s'étoffer : le directeur de l'Angélus a été à nouveau entendu. Les enquêteurs n'ont plus qu'une semaine pour justifier un prolongement de la fermeture de l'établissement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess