Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

L'internaute qui avait menacé de mort un maire du Tarn-et-Garonne a été interpellé

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Le suspect, âgé d'une trentaine d'années et originaire du Tarn-et-Garonne, a reconnu les faits en garde à vue. Il est convoqué devant le tribunal correctionnel de Montauban en novembre prochain.

Gendarmerie (photo d'illustration)
Gendarmerie (photo d'illustration) © Radio France - Nathalie De Keyzer

Un homme d'une trentaine d'années, soupçonné d'avoir menacé de mort le maire de Septfonds (Tarn-et-Garonne) sur Internet, a été interpellé ce lundi 26 août. Placé en garde à vue, cet habitant de Montech a reconnu être l'auteur des menaces. Il est convoqué devant le tribunal correctionnel de Montauban le 26 novembre prochain.

Il dit s'être laissé entraîner par la vague de commentaires

Le maire de Septfonds Jacques Tabarly a déposé plainte après des propos tenus sur les réseaux sociaux, en commentaire d'un article du quotidien régional La Dépêche du Midi au sujet de la cérémonie d'accueil pour les onze famille yézidies arrivées dans le Tarn-et-Garonne. Un internaute avait commenté : "Je propose d'aller à la mairie de Septfonds aujourd'hui pendant la manifestation de bienvenue et de les foutre dehors. Puis pourquoi ne pas brûler le maire au passage."

Le parquet du Tarn-et-Garonne avait alors ouvert une enquête. Les gendarmes de Caussade et la brigade de recherches de Montauban sont remontés jusqu'à l'auteur de ce message de haine. Lors  de sa garde à vue, ce lundi matin, il a reconnu les faits et dit regretter ses propos, selon le parquet, expliquant qu'il s'est laissé entraîner par la vague de commentaires en réaction à l'article sur les familles yézidies.

Ressorti libre de garde à vue, ce lundi matin, il est convoqué devant le tribunal correctionnel de Montauban le 26 novembre prochain pour "provocation non suivie d'effet au crime ou délit par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique" et pour "provocation publique non suivie d'effets à la haine ou à la violence par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu