Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Départ de deux chefs de service : "Une mesure presque humanitaire" pour le patron de la police en Moselle, Hervé Niel

-
Par , France Bleu Lorraine Nord
Moselle, France

Après le suicide d'un policier de Saint-Avold, le malaise se fait sentir dans les rangs de la police en Moselle. Hervé Niel, le directeur départemental de la sécurité publique dans le département est l'invité de France Bleu Lorraine ce mercredi.

Hervé Niel, directeur départemental de la sécurité publique en Moselle
Hervé Niel, directeur départemental de la sécurité publique en Moselle © Radio France - Vianney Smiarowski

L’ambiance est tendue ces temps-ci au sein de la police en Moselle. Après le suicide d'un policier de Saint-Avold, le 21 janvier avec son arme de service, sa famille a porté plainte pour harcèlement moral et plusieurs de ses collègues ont dénoncé des méthodes de management brutales. La semaine dernière, en CHSCT extraordinaire, a été annoncé le départ des deux supérieurs du policier qui s'est suicidé. On en parle avec l'invité de France Bleu Lorraine, Hervé Niel, le directeur départemental de la sécurité publique. 

Cette mesure est presque une mesure humanitaire

"Les deux chefs de service sont dans une situation qui devient difficile. Il est difficile d’assurer un commandement dans ces circonstances donc je leur ai demandé de choisir ce qu’ils pensaient être le mieux pour eux dans le déroulement de leur vie administrative. Je tiens très clairement à dire que ce n’est pas une sanction. L’administration ne prend pas des sanctions et des décisions sous la pression de qui que ce soit. Cette mesure qui a été prise est presque une mesure humanitaire afin de préserver l’avenir du commissariat de Freyming-Merlebach. L’un des chefs de service est en attente d’une circonscription plus importante ou de la même importance que celle de Freyming-Merlebach. Il viendra dans les semaines à venir sur Metz dans l’attente de sa mutation. L’autre chef de service va rester un certain temps pour passer le relais au nouveau chef de circonscription et ensuite on lui proposera un poste qui est à la hauteur de ses responsabilités actuelles" dit Hervé Niel.

La famille du policier qui s’est suicidé a déposé plainte contre X pour harcèlement moral. Leur avocat parle d’un mouchard installé sous le siège de sa voiture. Étiez-vous au courant de cela ? 

"La plainte est déposée depuis ce mardi et elle donne lieu à une procédure qui est déjà faite puisque nous n’avons pas attendu pour faire les enquêtes. L’enquête est déjà sur le bureau du procureur de Sarreguemines, lequel à notre demande, a saisi l’IGPN donc tout ce qui a dû être fait a été fait et cela a été dit en CHSCT. Oui, il s’est passé des choses inacceptables au sein d’un commissariat donc le nécessaire a déjà été fait" précise le directeur départemental de la sécurité publique. 

Certains collègues du policier qui a mis fin à ses jours estiment que la hiérarchie était au courant qu’il subissait des pressions de la part de certains de ses collègues et qu’elle a tardé à réagir. 

"Si vous me donnez vingt minutes, je peux vous donner tous les tenants et les aboutissants de cette affaire. Là, c’est un peu court. Sachez simplement que la hiérarchie a réagi le plus rapidement possible dès qu’elle a été informée des agissements" dit Hervé Niel.

Selon le CLIP, le collectif de policiers en Lorraine, 29 policiers sont en arrêt maladie dans les commissariats de Freyming-Merlebach et de Saint-Avold. Est-ce que ce n’est pas le signe d’un profond malaise ?

"Effectivement des policiers ont été en arrêt maladie. Ils reprennent le travail progressivement, certains ont une prolongation parce qu’ils ont été très affectés par ce qui s’est passé et on ne peut que le comprendre. Pour beaucoup, la reprise se fait donc je pense que la cause du malaise est en train de se régler" dit Hervé Niel.

Les représentants des policiers parlent d’un mal-être général qui touche tous les services de police de France. A Thionville, le départ d’un troisième chef de service a également été acté la semaine dernière en CHSCT parce qu’il aurait frappé un policier. D’où vient cette tension au sein de la police ?

"Je pense que la première raison c’est que depuis les attentats de Paris, la pression et la menace terroriste, on est sur un changement de métier. Les choses deviennent de plus en plus difficiles pour les forces de l’ordre et pour les policiers qui sont sur le terrain 24/24h et c’est vrai que nous sommes amenés à avoir une évolution dans notre métier, on doit faire des choses que l’on ne faisait pas avant.  Cela est plus difficile à absorber et à prendre en compte. La deuxième chose, c’est une demande de moyens et d’effectifs qui est réel, ne serait-ce que pour faire face à ces nouvelles sollicitations. C’est vrai qu’à Freyming-Merlebach comme sur l’ensemble du territoire français on a besoin d’effectif. Ce qui est fait d’ailleurs, les plans de recrutement sont en place, les effectifs vont arriver et on a aussi besoin de moyens. Là aussi, les moyens arrivent mais il est bien évident qu’ils arrivent toujours trop lentement et on voudrait qu’il y en ait plus" explique le patron des policiers dans le département.

Entendez-vous la parole des agents ? Etes-vous suffisamment armé pour répondre à leurs doléances ? 

"Ces doléances sont très justifiées et sincères. On les prend en compte. Il y a des réponses que l’on peut apporter localement et elles ont été apportées. Il y a une réorganisation de la circonscription [de Freyming-Merlebach] qui est en cours. Il y a des mesures qui ont été prises pour apaiser et pour permettre la reconstruction de la circonscription. Au niveau national, il y a effectivement des plans pour apporter des moyens matériels et du recrutement mais qui se fera sur le long terme" précise Hervé Niel .

Hervé Niel, le DDSP de Moselle sur France Bleu Lorraine

Choix de la station

À venir dansDanssecondess