Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L’Isérois à l’origine de "la purge" devant la justice

mardi 27 novembre 2018 à 18:27 Par Antonin Kermen, France Bleu Isère et France Bleu

Son appel à la violence sur les réseaux sociaux à la veille d’Halloween avait alerté et inquiété la police. Le jeune homme doit s’expliquer mercredi devant le tribunal correctionnel de Grenoble. Lui parle d’une mauvaise blague.

Agé de 19ans, l’étudiant en économie comparaît mercredi devant le tribunal correctionnel de Grenoble
Agé de 19ans, l’étudiant en économie comparaît mercredi devant le tribunal correctionnel de Grenoble © Maxppp -

Grenoble, France

Il voulait faire le buzz, avoir plus d’amis sur les réseaux sociaux. Quelques jours avant Halloween, un jeune Isérois propose une "purge", comme dans un film d’horreur américain, où les actes les plus violents sont permis sans risquer de sanction. 

Un appel repris de nombreuses fois sur les réseaux sociaux, au point d’alerter la police, et le ministre de l’Intérieur qui s’emparent de l’affaire. Le jeune homme, lui, publie un démenti avant d’être placé en garde à vue, où il explique qu’il s’agit d’une mauvaise blague.

Pas d’intention de créer de la violence selon son avocat

Cet appel vaut aujourd’hui à cet étudiant de 19 ans une poursuite pour "provocation, non suivie d’effet, au crime ou délit". 

Son avocat Maître Gallo va plaider la relaxe. Pour lui, si les termes employés sont bien ceux d'un appel à la violence, il n'y avait pas d'intention derrière. Il explique que son client pensait que tout le monde connaissait le film dont il s’inspirait, et donc que personne ne le prendrait au sérieux.

Le jeune homme avait, lui, affirmé sa volonté de porter plainte contre le ministre de l’Intérieur. Il ne l’a pas encore fait mais envisage toujours une action, en fonction du résultat de l’audience au tribunal correctionnel de Grenoble.