Santé – Sciences

A l'Onconpole de Toulouse, un salon de coiffure pour chouchouter les femmes atteintes du cancer

Par Marine Vlahovic et Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse lundi 19 octobre 2015 à 6:00 Mis à jour le lundi 19 octobre 2015 à 8:25

Des perruques, des foulards et des soins sont proposés aux malades
Des perruques, des foulards et des soins sont proposés aux malades © Radio France - Marine Vlahovic

Le salon Beauté et santé du cheveux de Fabienne Gaubert reçoit des femmes atteintes du cancer à l'Oncopôle de Toulouse. Parce que surtout malade, c'est important de se pomponner et de se sentir bien.

Octobre n'est pas qu'un mois gris, il s'affiche aussi en rose. Comme tous les ans, Octobre rose, la campagne de sensibilisation pour la prévention du cancer du sein organise de nombreux événements partout dans le monde. A l'Oncopôle de Toulouse, un salon reçoit des femmes atteintes du cancer toute l'année, à l'ombre des bâtiments de ce pôle de recherche sur le cancer qui accueille de nombreux patients. 

Fabienne Gaubert,  a ouvert cet institut de beauté  il y a trois ans. Spécialisée dans les soins apportés aux malades du cancer, elle ne pourrait plus travailler dans un salon de coiffure classique "_parce que _la coiffure de base, c'est du paraître, alors que dans mon institut il s'agit de beauté intérieure, et de bien-être, c'est bien moins superficiel " déclare cette coiffeuse au long cours. Le reportage de Marine Vlahovic.

Le reportage de Marine Vlahovic dans le salon de Fabienne

Le salon beauté et santé des cheveux reçoit des centaines de malades - Radio France
Le salon beauté et santé des cheveux reçoit des centaines de malades © Radio France - Marine Vlahovic

Dans son institut cosy, elle reçoit celles qu'elle appelle "patientes" et non "clientes" dans des petits salons privés. Ici, on mise sur la discrétion, la patience et l'écoute. Les "patientes" donc arrivent quelques jours avant leur première séance de chimiothérapie à l'issue de laquelle elles commencent à perdre leur cheveux. Un moment douloureux pour Annie, 48 ans qui a découvert au mois de juillet dernier qu'elle est atteinte du cancer du sein 

"J'ai peur de l'image que je peux donner"

Le premier RDV peut dure jusqu'à 1h30: "La chute de cheveux est une étape importante dans la maladie, les patientes sont stressées, à cause de l'image qu'elles vont renvoyer" souffle Fabienne qui propose alors des perruques aux patientes. Elles sont de toutes les couleurs et de toutes les longueurs. Comptez tout de même de 300 à 500 euros pour ces perruques qui ne sont remboursées qu'à hauteur de 125 euros par la Sécurité Sociale. Tout dépend donc des mutuelles complémentaires pour le remboursement. Ce qui fait bondir Annie, la battante " On ne parle pas d'esthétique mais d'avoir des cheveux sur la tête. On est pris en charge à 100% pour les soins, mais pas pour la perruque".

Chaque année, 53 000 nouvelles femmes sont touchées par le cancer en France. On estime qu'une femme sur neuf serait concernée au cours de sa vie. Il est conseillé de se faire dépister tous les deux ans à partir de l'âge de 50 ans. Pour les dernières initiatives d'Octobre Rose en Haute-Garonne, rendez-vous dimanche 25 octobre à Revel, pour des balades à pied et à vélo autour du Lac de St Féréol et samedi 31 octobre à Rieux-Volvestre pour un rallye. Toutes les infos  sur le site de l'association Dépistage Organisé du Cancer 31  

 ►►► L'INVITE DE LA REDACTION - Virginie Delepierre, 41 ans, créatrice de la marque Miss Amazone, du prêt-à-porter pour les femmes confrontées au cancer du sein. Elle-même atteinte par cette maladie, Virginie s'est reconvertie dans la mode après avoir été traiteur dans l’événementiel. Sa ligne de vêtements, fabriqués dans un atelier de Graulhet (Tarn) est disponible en ligne.

La marque Miss Amazone est née dans le Tarn en août dernier - Aucun(e)
La marque Miss Amazone est née dans le Tarn en août dernier - Miss Amazone
Virginie Delepierre, invitée du 19 octobre 2015 - Radio France
Virginie Delepierre, invitée du 19 octobre 2015 © Radio France - Alban Forlot

"Il est très difficile de s'habiller quand on a un sein en moins, il y a une perte de féminité dû à l'asymétrie. J'ai créé des vêtements adaptés pour toutes les femmes, mais j'ai parmi mes clientes autant de femmes malades que de femmes qui n'ont pas eu de cancer".

Virginie Delepierre, créatrice de la marque Miss Amazone

Les vêtements sont confectionnés à Graulhet (81). - Aucun(e)
Les vêtements sont confectionnés à Graulhet (81). - Miss Amazone