Faits divers – Justice

L'otage français au Mali Gilberto Rodrigues Leal est mort, selon un groupe djihadiste

France Bleu Gard Lozère mercredi 23 avril 2014 à 8:04

Gilberto Rodrigues Leal, sur une vidéo diffusée par le Mujao

Un groupe djihadiste agissant au Mali a annoncé mardi soir que l'otage français Gilberto Rodrigues Leal, 62 ans, est décédé, sans préciser ni quand ni dans quelles circonstances. Aucune preuve formelle de son décès n'a encore été fournie. Il avait été enlevé en novembre 2012. "La France fera tout pour connaître la vérité sur ce qui est arrivé", assure François Hollande.

"Nous annonçons la mort de Rodrigues. Il est mort, parce que la France est notre ennemie " : voici le court message téléphonique d'un responsable du groupe djihadiste Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest), qui a affirmé mardi soir que Gilberto Rodrigues Leal, 62 ans, est mort. C'est ce même groupe qui avait revendiqué son enlèvement, au Mali, en novembre 2012.

Annonce de la mort de Gilberto Rodrigues Leal

David, le frère de Gilberto Rodrigues Leal, s'attendait malheureusement à cette triste nouvelle depuis plusieurs semaines, mais il veut maintenant comprendre ce qui s'est passé.

Réaction de David, le frère de Gilberto Rodriguez Leal

Le ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius, samedi, s'était dit "très inquiet " sur le sort de cet otage, l'un des deux derniers Français retenus à l'étranger. Après l'annonce du Mujao, le porte-parole du ministère a affirmé que "le communiqué du Mujao, responsable de son enlèvement, nous conduit malheureusement à penser que M. Rodrigues Leal est probablement décédé , bien qu'aucune preuve matérielle ne puisse encore nous autoriser à le confirmer ". 

Trouver des preuves formelles

C'est l'enjeu des prochains jours, pour les autorités ainsi que pour la famille de Gilberto Rodrigues Leal : le porte-parole n'a précisé ni quand ni comment l'otage était décédé . Interrogé par le journaliste de l'AFP qui l'a eu au téléphone, ce responsable du Mujao a simplement répondu "Au nom d'Allah, il est mort ". Dans un communiqué, François Hollande a assuré mardi soir que " La France fera tout pour connaître la vérité sur ce qui est arrivé à Gilberto Rodrigues Leal et elle ne laissera pas ce forfait impuni ". 

L'enlèvement de Gilberto Rodrigues Leal avait été revendiqué le 22 novembre 2012 par le Mujao. Ce jeune retraité lozérien circulait dans un camping-car venant de Mauritanie lorsqu'il a été enlevé. Si sa mort est prouvée, il ne restera alors plus qu'un seul otage Français retenu à l'étranger : Serge Lazarevic , 50 ans, enlevé le 24 novembre 2011 lors d'un voyage d'affaire. Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) avait revendiqué son enlèvement ainsi que celui de son collègue Philippe Verdon, qui a quant a lui été retrouvé mort d'une balle dans la tête en juillet 2013.

Partager sur :