Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cinq agents incommodés : l'unité des risques chimiques des pompiers intervient au CHRU de Nancy

vendredi 25 novembre 2016 à 18:28 Par Nathalie Broutin, France Bleu Sud Lorraine

Cinq personnels qui travaillaient ce vendredi 25 novembre sur le site des hôpitaux de Nancy Brabois ont donné l'alerte, après avoir été victimes d'une forte irritation aux yeux. Ils ont ressenti une odeur d'ammoniac. L'alerte a été levée en début d'après-midi.

Une forte odeur d'ammoniac a incommodé des personnels qui travaillaient en sous-sol
Une forte odeur d'ammoniac a incommodé des personnels qui travaillaient en sous-sol © Maxppp - Maxppp

Nancy, France

Une forte odeur d'ammoniac, puis une irritation aux yeux. Cinq professionnels des hôpitaux de Nancy Brabois , qui travaillaient à la pharmacie "à usage intérieur", ont été pris en charge dans la matinée du 25 novembre par les pompiers de l'unité "risque chimique". Rien de grave , selon les pompiers, pour les agents. Le CHRU explique que les professionnels venaient de participer à une formation de trois jours dans un local du sous-sol de la pharmacie.

Les services de sécurité et techniques de l'établissement ont fait très vite des recherches et mesures. La communication de l'hôpital avance, ce vendredi soir, une première conclusion. Selon elle, il y a eu eu "conjugaison accidentelle de plusieurs produits non toxiques, qui pourraient avoir dégagé des émanations d'ammoniac provenant d'un regard d'évacuation d'eaux usées, près de la salle de formation". L'hôpital indique que "des analyses complémentaires sont en cours, pour identifier l'origine précise du problème et mettre en place les mesures nécessaires de protection des personnels".