Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'université de La Rochelle lance un appel aux dons d'ordinateurs portables

-
Par , France Bleu La Rochelle
La Rochelle, France

Avis aux entreprises et aux citoyens de La Rochelle : si vous avez un ordinateur portable inutile, faites en don à des étudiants. Depuis la fermeture de l'université, le 16 mars, les cours ont massivement basculé sur Internet. Mais de nombreux élèves ont du mal à les suivre, faute d'équipement.

Le coronavirus a fait basculer l'université de La Rochelle dans l'enseignement à distance généralisé. Mais des étudiants restent au bord du chemin, faute de connexion ou tout simplement d'ordinateur.
Le coronavirus a fait basculer l'université de La Rochelle dans l'enseignement à distance généralisé. Mais des étudiants restent au bord du chemin, faute de connexion ou tout simplement d'ordinateur. © Maxppp - Vanessa MEYER

L'université de La Rochelle lance un appel aux entreprises et aux particuliers de la région : elle a besoin d'ordinateurs portables pour permettre à ses étudiants de suivre les cours à distance. Depuis le 16 mars, l'université est fermée, pour cause d'épidémie de coronavirus. Ce qui a contraint les enseignants à basculer massivement sur Internet pour continuer d'assurer leurs cours. Mais de nombreux étudiants ne sont pas équipés d'ordinateurs ou ne disposent pas d'un réseau suffisant pour suivre ces enseignements à distance.

Jordan, 21 ans, passe son confinement dans sa résidence universitaire des Minimes à La Rochelle. Loin de sa famille sur l'île de La Réunion. Mais cet étudiant boursier en L2 d'informatique a aussi bien du mal à suivre ses cours :  "mon problème c'est que, ne disposant pas d'ordinateur, je ne peux pas faire une grande partie des exercices qui me sont envoyés."

Un étudiant en informatique privé... d'ordinateur

Jordan a bien une tablette numérique, qui lui a été attribuée par le Relais handicap de l'université, parce qu'il est reconnu handicapé, souffrant de dyspraxie. Mais cela ne lui permet pas de charger certains logiciels ne fonctionnant que sur Windows : "par exemple, la programmation ou le réseau, cela demande un ordinateur et je ne peux pas le faire."

Avec sa petite bourse (550 euros par mois), Jordan n'a pas encore craqué pour une machine digne de sa filière d'études. "D'habitude, l'université me prête un ordinateur via la bibliothèque, mais actuellement ils sont tous réquisitionnés pour les besoins du télétravail", confiés à des enseignants ou à des personnels administratifs. "Et l'ordinateur c'est de l'argent que je préfère utiliser pour autre chose."

L'université de La Rochelle développe de longue date la dématérialisation de ses enseignements. Mais avec cette épidémie, "le coup d'accélérateur est un peu trop rapide". - Aucun(e)
L'université de La Rochelle développe de longue date la dématérialisation de ses enseignements. Mais avec cette épidémie, "le coup d'accélérateur est un peu trop rapide". - Université La Rochelle

L'enseignement à distance généralisé accroît les disparités

Jordan est loin d'être seul dans cette situation, confirme Jean-Marc Ogier, président de l'université de La Rochelle. L'établissement a lancé la semaine dernière une enquête détaillée auprès de ses 9.000 étudiants, pour connaître finement leur situation vis-à-vis de l'enseignement à distance. Et les premiers résultats montrent de grandes disparités. Il y a d'abord le manque de connexion Internet : "Certains étudiants sont rentrés chez eux, et se retrouvent  pas forcément bien couverts,  dans les fameuses zones blanches."

Et puis il y a tout simplement le manque d'équipement informatique. En rationalisant ses besoins, l'université pourrait remettre la main sur une trentaine de machines. Insuffisant. La présidence a réfléchi à un fonds exceptionnel pour acheter des ordinateurs. "Le problème c'est le temps" analyse Jean-Marc Ogier : vu les difficultés d'approvisionnement, le temps de récupérer les machines, l'université aura peut-être déjà rouvert ses portes.

Jean-Marc Ogier lance un appel aux propriétaires d'ordinateurs portables inutilisés, pour les confier à ses étudiants : "une connexion Internet suffit !" - Aucun(e)
Jean-Marc Ogier lance un appel aux propriétaires d'ordinateurs portables inutilisés, pour les confier à ses étudiants : "une connexion Internet suffit !" - Université La Rochelle

Une connexion Internet suffit

D'où cet appel aux entreprises et aux citoyens rochelais. Si vous avez un ordinateur portable inutile, c'est le moment de faire une bonne action, propose en substance le président Ogier.

Cela ne réglera pas tout. Effectivement, un étudiant informaticien aura besoin d'une machine particulièrement haut de gamme, parce qu'il aura des calculs à faire ou des logiciels un peu complexes à développer. Mais pour la majeure partie d'entre eux, simplement un navigateur Internet permettant d'accéder à des contenus pédagogiques, permettrait déjà de résoudre une grande partie du problème. - Jean-Marc Ogier, président de l'université de La Rochelle

Si vous souhaitez faire un don, il suffit d'adresser un mail à l'université, à cette adresse : vp-numerique@univ-lr.fr

L'université rochelaise est confrontée à un autre défi de taille : l'engorgement de ses réseaux, pas vraiment taillés pour un enseignement à distance généralisé, avec des profs qui se mettent massivement à faire leurs cours en video. Pratique défendue de longue date à La Rochelle, mais "le coup d'accélérateur est un peu trop rapide" se plaint Jean-Marc Ogier.

Des tuyaux numériques trop petits

Pour l'instant, la plateforme Moodle de l'université, qui permet de déposer des contenus de cours, semble robuste. Mais ce sont les tuyaux qui ne se suivent pas : "si nous avions une quarantaine de profs qui veulent faire un cours filmé tous ensemble demain matin à 8h, il est possible qu'on ait un problème de saturation" reconnaît pudiquement Jean-Marc Ogier alors que des enseignants se tournent déjà vers des plateformes privées comme Twitch ou Zoom.

Des enseignants qui ont encore besoin d'être accompagnés : "il faut aussi repenser la manière d'échanger avec le jeune, précise le président de l'université : le distanciel n'est pas le présentiel." Jean-Marc Ogier se félicite en tout cas de la conversion rapide de ses collègues, pour assurer la continuité pédagogique : "j'ai l'impression que rien ne s'est arrêté !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu