Faits divers – Justice

L'université de Lille 2 s'excuse après les propos sexistes d'un de ses professeurs

Par Cécile Bidault, France Bleu Nord jeudi 19 janvier 2017 à 15:59

L'université de Lille 2
L'université de Lille 2 © Maxppp - PQR/La Voix du Nord

C'est le syndicat étudiant UNEF qui a révélé l'affaire : mardi, un professeur de droit de l'Université de Lille 2 aurait tenu des propos banalisant les violences faites aux femmes. Le Président de l'Université annonce une enquête, et des sanctions disciplinaires.

Nous sommes mardi, c'est le début d'un cours d'histoire des idées politiques. Dans l'amphithéâtre, il y a 400 étudiants. Le professeur tape deux fois sur son micro pour qu'il se mette à fonctionner. Selon des témoignages d'étudiants, il aurait alors prononcé cette phrase : "c'est comme les femmes, il faut taper deux fois pour qu'elles comprennent".

Le syndicat étudiant UNEF dénonce ces propos "qui banalisent les violences faites aux femmes", et affirme que la parole sexiste "se banalise à l'université", comme en atteste le Tumblr "Paye ta fac".

Anouar Benichou, président de l'UNEF Lille

Réaction immédiate de l'Université de Lille 2

Dans un communiqué publié ce jeudi, l'Université de Lille 2 condamne "sans équivoque" les propos tenus par cet enseignant-chercheur. Elle explique qu'une enquête est en cours, et qu'une "procédure disciplinaire sera mise en oeuvre, de nature à entraîner le prononcé d'une sanction nette".

Elle annonce également la mise en place d'une campagne de sensibilisation auprès de l'ensemble de la communauté universitaire, "afin que de tels errements ne se reproduisent jamais".

Des propos aussi stupides qu'inexcusables

Le Président de l'Université de Lille 2, Xavier Vandendriessche, a appelé et convoqué l'enseignant-chercheur pour entendre sa version des faits, le professeur n'a pour l'instant pas répondu. Le Président dénonce "un comportement aussi stupide qu'inexcusable", et se dit "très, très en colère, touché au plus profond de (ses) convictions, en tant qu'universitaire, et en tant qu'homme". Il prône "l'exemplarité" des professeurs. "Un universitaire digne de ce nom de devrait jamais avoir prononcé ces mots. Les violences faites aux femmes commencent par des dérives verbales", conclue-t-il.

Xavier Vandendriessche, Président de l'Université de Lille 2

Reportage de Cécile Bidault