Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'USAP condamnée à indemniser Marc Delpoux, son ancien manager

mercredi 5 décembre 2018 à 15:48 Par Alexandre Berthaud et Cyrille Manière, France Bleu Roussillon

La cour d'appel de Montpellier a condamné mercredi 5 décembre le club de Top14 de l'USAP à verser près de 430.000 euros à son ancien manager Marc Delpoux pour "rupture de contrat". En première instance, le tribunal avait donné raison au club de Perpignan, qui compte se pourvoir en cassation.

Sylvain Deroeux (Directeur Général), Marc Delpoux (entraîneur) et François Rivière (président) à l'époque de la resignature de l’entraîneur.
Sylvain Deroeux (Directeur Général), Marc Delpoux (entraîneur) et François Rivière (président) à l'époque de la resignature de l’entraîneur. © Radio France - Cyrille Manière

Perpignan, France

La cour d'appel de Montpellier a tranché : Marc Delpoux a bien été poussé dehors par l'USAP en 2014. Le club est condamné à verser à son ancien manager près de 430.000 euros, pour rupture de contrat. Après la relégation de Perpignan en ProD2 à l'issue de la saison 2013-2014, le club avait annoncé à l’entraîneur qu'il devrait désormais se tenir loin des terrains et se contenter d'un travail de bureau. Pour Marc Delpoux, cela constituait une rupture de son contrat de CDD qui courait jusqu'en 2016. En première instance, le tribunal avait donné raison au club, la cour d'appel a inversé la décision ce mercredi 5 décembre.

"Mission ponctuelle" pour l'USAP, "mise à l'écart" pour Delpoux

L'affaire débute en 2014, à la fin de la saison de top 14, l'USAP est reléguée en ProD2, malgré un effectif qui compte 17 joueurs internationaux. Le coup est rude et les dirigeants sont bien décidés à changer d’entraîneur. Ils annoncent donc à Marc Delpoux que sa nouvelle mission est de rédiger un rapport, une réflexion sur la saison écoulée. Le manager ne peut plus accéder au terrain ni fréquenter les joueurs. Pour Marc Delpoux, il s'agit d'une rupture de contrat, pour le club d'une mission ponctuelle, "la moindre des choses" après une relégation.

En première instance, le tribunal avait donné raison au club catalan. Comme lors de l'affaire Jacques Delmas, c'est donc en appel que le club catalan a été donné perdant. Le président de l'USAP François Rivière prend acte de cette décision. Pour lui et l'USAP, c'est un nouveau coup dur financier. Il y a deux semaines, l'USAP a déjà été condamnée à verser sans délais 320.000 euros. 

Dans l'affaire Delpoux, le club compte se pourvoir en cassation, mais doit tout de même verser la somme due : 430 000 euros, soit l'addition des salaires que l'ex-manager aurait touché jusqu'à la fin de son contrat (son salaire était de 17.000 euros par mois).