Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"L'usinarium", projet passionné d'un Icaunais qui transforme des pièces industrielles en luminaires vintage

-
Par , , France Bleu Auxerre
Yonne, France

Certains loisirs se transforment en métiers. Karl Dallara, un conducteur de car résidant à Dixmont, vient de monter son entreprise, "L'usinarium". Il transforme des pièces industrielles récupérées en créations luminaires.

Karl Dallara, avec l'une de ses créations
Karl Dallara, avec l'une de ses créations © Radio France - Renaud Candelier

A 35 ans, il passe une partie de ses journées sur la route. L'autre, dans son atelier, à fabriquer des lampes et des meubles à partir de pièces de récupération, industrielles ou automobiles. Après deux ans d'activité, celui qui se fait appeler "Le professeur K", vient de créér son site web. 

Des matériaux industriels sublimés

C'est un univers particulier qui s'offre à nous. Comme ce lampadaire, "fait à partir d'un volant à moteur, et la pièce principale est une pompe à essence des années 30", explique-t-il. "J'ai essayé de révéler un peu les matériaux, la fonte, le laiton, etc."

Un lampadaire, créé à partir d'une ancienne pompe à essence.
Un lampadaire, créé à partir d'une ancienne pompe à essence. © Radio France - Karl Dallara

Ce genre de pièces de récupération est très recherché, explique-t-il. "Ca peut valoir 300 à 500 euros, suivant leur état." Mais toutes ses créations ne sont pas faites de pièces de collection, loin de là. "Une fois, je passais près de chez moi, à Malay-le-Grand. J'ai aperçu un garage, tenu par un vieux monsieur. Il m'a dit "pas de soucis, j'ai un gros tas de moteurs et de pièces mécaniques""...

Certains acheteurs commandent depuis l'étranger

Résultat, le garage de Karl est rempli. Et son carnet de commandes aussi : "Je ne produis pas cinq créations par jour, mon stock est limité, mais avec les fêtes de Noël, j'ai dû en vendre une dizaine en un mois." Des lampes dont le prix débute tout de même à 150 €. Quant aux acheteurs, certains viennent même de l'étranger. "J'ai des Suisses, des Allemands, une personne qui tient un chalet à Val-d'Isère... Je vends principalement via internet."

A ses oeuvres, il donne des noms de scientifiques, tels que Lavoisier... Comme un hommage à sa célèbre formule "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme."

Le modèle "Newton"
Le modèle "Newton" © Radio France - Karl Dallara
Choix de la station

À venir dansDanssecondess