Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les forces de police déployées dans les rues de Strasbourg, le 11 décembre 2018

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Faits divers – Justice

L'usine Sanofi de Mourenx accusée de polluer le bassin de Lacq

lundi 9 juillet 2018 à 8:13 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque et France Bleu

Une plainte va être déposée cette semaine contre l'usine Sanofi de Mourenx. L'association France Nature Environnement l'accuse de polluer le bassin de Lacq avec les rejets issus de la fabrication d'un médicament controversé, la Dépakine.

Le plateau de la Sobégi qui abrite l'unité Sanofi de Mourenx
Le plateau de la Sobégi qui abrite l'unité Sanofi de Mourenx © Radio France - Daniel Corsand

Mourenx, France

Un médicament, la Dépakine, est accusé de polluer le bassin de Lacq. Cet antiépileptique aurait déjà fait 30 000 victimes selon l'agence du médicament, des enfants dont la mère était sous traitement pendant la grossesse. 

Nos confrères de France Info révèlent aujourd'hui un autre effet de la Dépakine : la pollution rejetée par l'usine Sanofi de Mourenx, où elle est fabriquée. A tel point que l'association France Nature environnement a décidé de porter plainte ce lundi.

190 000 fois plus que la norme autorisée

L'usine de Mourenx a rejeté 190 000 fois plus la norme autorisée de bromopropane, une substance inodore mais classée comme cancérigène mutagène et avec des effets sur la reproduction. Globalement, l'usine est loin d'être dans les clous, sur cinq polluants qui peuvent aggraver les phénomènes de pollution atmosphérique et provoquer des problèmes respiratoires chez les habitants. 

Les associations de riverains et environnementales qui siègent dans la commission de suivi du site industriel sont particulièrement choquées par les niveaux de polluants et les délais de réaction de l'usine, qu'elles jugent inadmissibles. Le site rejetterait aussi du valproate de sodium, la base de la Dépakine, et ce à des niveaux de plusieurs tonnes par an. Sanofi a été mis en demeure de faire des travaux avant fin juillet mais estime qu'il n'y a aucun risque inacceptable pour la santé. Les associations demandent à ce que des instances plus indépendantes en juge.

Une réunion avec les élus et les services de l'Etat est prévue mercredi.