Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Le pourquoi du comment

L'Yonne, deuxième département bourguignon le plus touché par le diabète

mardi 5 juin 2018 à 11:49 Par Bruno Blanzat, France Bleu Auxerre

À l'occasion de la semaine de prévention du diabète, gros plan sur cette maladie qui touche environ 20.000 Icaunais (dont 18.000 touchés par un diabète de niveau 2).

Les diabétiques doivent limiter leur alimentation en sucre
Les diabétiques doivent limiter leur alimentation en sucre © Maxppp - Jean-Luc Flémal

Auxerre, France

Y a-t-il un problème de dépistage du diabète ?

Oui, on estime à 1 million en France le nombre de diabétiques non reconnus. On n'a pas encore suffisamment le réflexe du dépistage qui n'est en fait qu’une prise de sang.

Le dépistage n'est pas systématique mais ciblé. Car le diabète de type 2 est héréditaire. Et on peut être touché plus ou moins tôt. "Si votre papa, votre maman ou les deux étaient diabétiques de type 2, à partir de 50 ans, il faut vous faire dépister" détaille le diabétologue Thierry Gabreau. "Si vous êtes en grande surcharge pondérale, il faut vous faire dépister, idem si vous avez la moindre complication cardio-vasculaire précoce poursuit le médecin à l’hôpital d’Auxerre. Et les femmes qui font des gros bébés, ou qui font un diabète gestationnel, ont un risque de devenir diabétique à la cinquantaine."

Et le dépistage peut aussi "faire peur". "Quand on mène une vie normale, sans contrainte alimentaire, on n'a pas envie de passer par le dépistage pour s'entendre dire qu'il va falloir faire des efforts alimentaires."

Un diabétique doit-il suivre un régime alimentaire particulier ?

Non, il peut manger de tout, mais doit, comme Monsieur Tout le Monde, suivre une alimentation équilibrée et variée. Le diabétique doit quand même faire plus attention aux graisses, en privilégiant celles bénéfiques pour le cœur et les vaisseaux. Reste la question des aliments et boissons sucrées.

"Comme pour tout le monde, il y a une tolérance, c’est 10% de l’apport en énergétique glucide souligne diététicienne à l'hôpital d'Auxerre, Brigitte Patrigeon spécialisée dans le diabète. On va éviter les boissons sucrées, comme le coca, ca fait augmenter la glycémie tout de suite, mais ce n’est pas interdit." Plus le diabétique dévore des légumes, riche en fibre, et mieux c'est.

En complément de cette alimentation variée et équilibrée, il est recommandé au diabétique de se "bouger" un peu : trois heures d'exercice par semaine : marche rapide ou jardinage sont de bonnes occupations pour éviter la sédentarité.

Le traitement des diabétiques a-t-il évolué ?

Oui, pour certains, fini les piqûres d'insuline, seule, à la maison ou au travail. Le docteur Thierry Gabreau vient d'évoquer le sujet avec l'un de ses patients d'une trentaine d'année, diabétique depuis 3 ans. "Il me disait, vous vous rendez compte, c’est extraordinaire, j’ai commencé je me faisais quatre piqûres (d’insuline) par jour et six piqûres par jour au bout des doigts pour être correctement équilibré. Avec les modifications technologies récentes, il a un petit capteur sur le bras qui lit en Bluetooth la glycémie sans qu’il ait à se piquer et il a une pompe à insuline patch qui lui délivre de l’insuline 24h/24h et qui est téléguidée même pas son iPhone si il veut."

Le Pourquoi du Comment - Radio France
Le Pourquoi du Comment © Radio France - France Bleu