Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'Yonne manque de solutions face à la délinquance de certains mineurs

jeudi 17 mai 2018 à 18:02 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

La ministre de la justice est en visite ce vendredi 18 mai dans l'Yonne. Nicole Belloubet tiendra une réunion, à Joigny, sur "la réponse pénale à la délinquance du quotidien", notamment celle des mineurs. Une ville où depuis près d'un an des adolescents perturbent le centre-ville.

Des adolescents occupent régulièrement le bas de la rue Cortel à Joigny, notamment pour du trafic de stupéfiants
Des adolescents occupent régulièrement le bas de la rue Cortel à Joigny, notamment pour du trafic de stupéfiants © Radio France - Renaud Candelier

Joigny, France

Il est quinze heures, comme souvent un petit groupe se forme en bas de la rue Cortel, principale rue du centre-ville de Joigny.  Et les commerçants n'en peuvent plus. "Ce ne sont pas des jeunes qui sont méchants, j'y passe tous les jours", explique une commerçante

Quinze gamins qui font du deal, ça fait peur aux gens

"Je n'ai pas de soucis mais ça fait peur", poursuit-elle "quand vous voyez quinze gamins qui sont là, qui font du deal et ça se voit, pas besoin de sortir de Saint-Cyr pour voir qu'il y a un trafic, forcément cela fait peur aux gens". 

Ce sont toujours les mêmes

Cette autre commerçante ne comprend pas que ça dure depuis des mois : "j'ai des clientes qui ne veulent plus venir. Je regrette qu'on ne mette pas une fin à tout ça. Parce que les enfants sont mineurs. Donc on peut peut-être faire quelque chose sur des mineurs. Ce sont toujours les mêmes."

Un manque de structures d'accueil fermé dans l'Yonne

Malgré l'augmentation des patrouilles de gendarmerie et des arrestations, le problème persiste regrette le maire de Joigny, Bernard Moraine : "en tant que maire je ne suis pas satisfait des réponses judiciaires. Il y a un travail fait par les gendarmes, sur une commande des magistrats et on a le sentiment qu'ils ne vont pas jusqu'au bout. Mais en même temps, je ne lance pas la pierre à l'institution judiciaire parce que je sais qu'il y a une difficulté. Par exemple, y a-t-il dans l'Yonne des structures qui puissent accueillir ces mineurs, en secteur fermé ? La réponse est non. Donc l'appareil judiciaire n'a pas toutes les cartes pour répondre."

Vingt centres éducatifs fermés seront créés en France

La municipalité se félicite qu'une ministre vienne écouter les problèmes des petites villes.  Même si le projet de loi sur la justice ne prévoit que peu de changement pour répondre à la délinquance des mineurs. En l'occurence, la création de vingt centres éducatifs fermés (dernière option avant la prison) en France. Mais pas de réforme profonde de l'ordonnance de 1945 appelée par les syndicats policiers comme de magistrats.