Faits divers – Justice

La case prison pour Monsieur Chat?

Par Eric Normand, France Bleu Orléans mercredi 21 septembre 2016 à 17:55

Monsieur Chat est menacé de prison ferme
Monsieur Chat est menacé de prison ferme - Thoma Vuille

Le 15 septembre, l'artiste orléanais, Thoma Vuille, connu sous le nom de « Monsieur Chat », du nom du chat qu'il peint, comparaissait devant le TGI de Paris pour délit de dégradation d'un bien. Cette fois, il a dessiné son chat à la gare du Nord. Le procureur a requis 3 mois de prison ferme.

Tout a commencé à Orléans pour "Monsieur Chat" 

La première fois qu'on a vu le graff, c'était dans les rues d'Orléans en avril 1997. Mais le 18 mars 2007, Thoma Vuille est pris en flagrant délit par la police municipale alors qu'il décore un mur orléanais. Il est ainsi contraint de révéler son identité. Mais la justice ne prononce à l'encontre du créateur de "Monsieur Chat" qu'une peine symbolique de 300 euros d'amende avec sursis.

Le street artiste est désormais en action un peu partout et notamment dans les rues de Paris. Cette fois, c'est la SNCF qui a déposé plainte. A la gare du Nord, l'artiste a dessiné au feutre son chat sautillant, entouré de 4 roses et d'un oiseau sur une cloison temporaire de carton plâtre. Le 15 septembre, devant la 29ème chambre correctionnelle, le procureur n'a pas tenu compte qu'il s'agissait d'une ouvre éphémère. Il a requis trois mois de prison ferme. Au motif que Monsieur Chat est en état de récidive légale puisqu'il a déjà fait l'objet de deux amendes auparavant. Selon son avocate Agnès Tricoire, "le délit de dégradation n'est pas constitué puisqu'il s'agit d'une oeuvre éphémère."

Les dessins de "Monsieur Chat" à la gare du Nord  à Paris - Aucun(e)
Les dessins de "Monsieur Chat" à la gare du Nord à Paris - Thoma Vuille

On n'a pas vu d'artistes en prison depuis la fin du 19ème siècle. Cela ressemble à une nouvelle politique pénale extrêmement inquiétante. Est-ce qu'on est encore en France ou dans la Russie stalinienne? Sommes-nous en dictature pour traiter comme ça les artistes? - Agnès Tricoire, son avocate

L'avocate de "Monsieur Chat" estime que le parquet s'est trompé. Le délit de dégradation d'un bien appartenant à autrui ne serait pas constitué, car la dégradation même légère suppose d'être permanente. La SNCF n'était pas représentée à l'audience et elle n'a formulé aucune demande de dommages et intérêts.

La réaction complète d'Agnès Tricoire, l'avocate de "Monsieur Chat"

Je considère qu'il a le droit de faire des dessins sur des supports éphémères, que cela ne porte aucun préjudice au propriétaire des murs. Au contraire, la SNCF devrait être contente qu'un artiste intervienne pour le grand bonheur des passagers. "Monsieur Chat" n'est pas quelqu'un qui détruit, qui dégrade, il embellit la vie - Agnès Tricoire, son avocate

Le tribunal rendra sa décision le 13 octobre.

Déjà en août 2014 effectivement , la RATP avait cherché des poux à "Monsieur Chat"

L'affaire avait fait le tour de France. La RATP réclamait 1 800 euros de dommages-intérêts. Thoma Vuille avait dessiné son fameux chat jaune et souriant à la station de métro Châtelet. Il avait finalement échappé aux poursuites du fait d'une mauvaise qualification juridique. La RATP ne demandait plus qu'1 euro de dédommagement devant la vague de soutiens pour l'artiste même l'ancien maire d'Orléans Serge Grouard s'était joint à la protestation.