Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire remporte la manche face aux écologistes

mardi 12 mars 2019 à 17:35 - Mis à jour le mardi 12 mars 2019 à 18:21 Par Michel Benoît, France Bleu Berry et France Bleu Orléans

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire échappe aux poursuites devant le tribunal de Bourges pour mise en danger de la vie d'autrui. Le réseau Sortir du Nucléaire avait assigné EDF ce mardi, mais le tribunal de police a rejeté la demande des écologistes pour des raisons de forme notamment.

La centrale nucléaire de Belleville sur Loire (Cher)
La centrale nucléaire de Belleville sur Loire (Cher) © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

L'association Sortir du Nucléaire Puisaye, Berry, Giennois avait déjà déposé plainte à deux reprises contre la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, mais le procureur de Bourges avait renoncé aux poursuites, d'où cette citation directe à comparaître ce mardi. Le tribunal de police de Bourges a donc estimé cette demande irrecevable. 

L'avocat d'EDF a plaidé deux points principaux : une citation qui n'était pas rédigée dans les formes (elle aurait dû indiquer un responsable à incriminer), mais aussi l'absence de procès-verbal établi par l'autorité de sûreté nucléaire pour les infractions mises en avant par les écologistes. Bref, pour Maitre Martinet, l'accusation était sans fondement : "Aucune mise en danger, aucune atteinte à l'environnement, aucune infraction constatée, ni par l'autorité de sûreté nucléaire, ni même par le procureur qui avait pourtant ouvert une enquête préliminaire. Elle n'a mis en lumière aucune charge contre la centrale de Belleville." 

Une quinzaine de militants anti-nucléaire se sont rassemblés devant le tribunal de Bourges - Radio France
Une quinzaine de militants anti-nucléaire se sont rassemblés devant le tribunal de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Le réseau Sortir du nucléaire va faire appel

Le réseau sortir du nucléaire invoque des dysfonctionnements et une maintenance pas assez rigoureuse de la centrale, sur les diesel de secours, sur des éléments d’étanchéité par exemple. Les écologistes s'appuient sur une lettre de suite et des recommandations rédigées par l'ASN, l'Autorité de sûreté nucléaire. Ils espéraient que la justice rappellerait la centrale à l'ordre : "L'ASN préconise des corrections ,c'est des choses qui doivent être faites et on s'aperçoit qu'à l'inspection suivante, ces corrections n'ont pas forcément été appliquées," regrette Françoise Pouzet, présidente de l''association Sortir du Nucléaire Puisaye, Berry, Giennois. "On appelle l'ASN, le gendarme du nucléaire, mais elle ne fait pas finalement assez peur à EDF. Nous, notre rôle, c'est d'aller en justice pour alerter puisque l'ASN ne peut pas déposer plainte, c'est à nous partie civile de le faire pour ça change."  C'est donc manqué cette fois-ci mais le réseau sortir du nucléaire a immédiatement fait appel de la décision du tribunal.