Agriculture – Pêche

La CGT du Vaucluse saisit le préfet sur la situation des travailleurs détachés

Par Anne Domece et Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse et France Bleu lundi 11 septembre 2017 à 11:52

La situation des travailleurs détachés préoccupe la CGT
La situation des travailleurs détachés préoccupe la CGT © Maxppp - .

La CGT s'inquiète de la situation des travailleurs détachés. Le syndicat estime qu'au moins 500 personnes sont employées illégalement dans l'agriculture, en Vaucluse et dans le nord des Bouches-du-Rhône. Ces travailleurs sont, selon la CGT, sous-payés et sans protection sociale.

La CGT de Vaucluse interpelle le préfet sur la situation des travailleurs détachés dans le département.

Le syndicat estime que plus de 500 personnes (essentiellement des femmes) travaillent illégalement dans des exploitations agricoles ou des sociétés d'expéditions dans le Vaucluse et le nord des Bouches-du-Rhône.

Sous-payés et sans protection sociale

Toujours selon la CGT, des sociétés d'intérim bulgares ou espagnoles recruteraient ce personnel en Espagne, au Maroc ou en Roumanie pour ensuite proposer de la main d'oeuvre en dessous du salaire minimum à des producteurs ou des sociétés agricoles.

Ces saisonniers travaillent pour 6,50 euros de l'heure - alors que le SMIC est à 9 euros. Ils ne bénéficient ni d'heures supplémentaires payées, ni de congés, ni de couverture maladie ou accident du travail.

"Esclavage moderne"

"On est proche de situations d'esclavage", affirme Thierry Lapoirie, secrétaire général de la CGT à Avignon.

Pour certaines femmes, la situation est tellement précaire qu'elles se prostituent pour pouvoir payer un logement (T. Lapoirie)

Thierry Lapoirie

La CGT dénonce aussi la situation de chauffeurs de camions roumains exploités, qui travaillent pour 300 euros par mois.