Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Condamnation d'un enseignant pour agression sexuelle sur une élève : "j'assure les parents de notre soutien absolu"

-
Par , France Bleu Orléans

Le directeur académique du Loiret a dépêché cinq psychologues et une infirmière à l'école Jean-Vilar de la Chapelle Saint-Mesmin, après la condamnation et l'incarcération d'un professeur des écoles pour agression sexuelle sur une élève de quatre ans. Cette cellule restera en place toute la semaine.

Philippe Ballé, directeur des services académiques du Loiret
Philippe Ballé, directeur des services académiques du Loiret © Radio France - Antoine Denéchère

Orléans, France

Après la condamnation lundi d'un enseignant de la Chapelle Saint-Mesmin pour agression sexuelle devant le tribunal correctionnel d'Orléans,  l'éducation nationale veut rassurer les parents. Une cellule d'écoute est mise en place depuis mardi matin à l'école maternelle Jean-Vilar. C'est là qu'exercait ce professeur des écoles de 52 ans condamné à un an de prison ferme pour avoir touché le sexe d'une élève, une fillette de 4 ans, la semaine dernière juste après une sieste. L'enseignant a été écroué à l'issue de l'audience de comparution immédiate.

Une cellule d'écoute de six personnes mise en place toute la semaine dans l'école

Phillipe Ballé, directeur académique des services de l'éducation nationale dans le Loiret (Dasen), a adressé un courrier à l'ensemble des parents du groupe scolaire Jean-Vilar de la Chapelle Saint-Mesmin (17 classes en élémentaire et maternelle), leur indiquant qu'une "cellule d'écoute de six personnes, avec infirmières et psychologues scolaires, est mise en place depuis mardi matin au sein de l'établissement, de manière à ce que les parents puissent poser des questions, échanger sur cette situation tout à fait regrettable". M. Ballé a également rencontré lundi soir les parents de la classe de moyenne section où enseignait le professeur des écoles, puis les parents de tout le groupe scolaire ce mardi soir, à la Chapelle Saint-Mesmin, en présence d'autres représentants de la direction académique et du maire de cette commune de l'agglomération orléanaise. 

J'ai assuré les parents de notre soutien absolu" (Philippe Ballé, directeur académique)

Le Dasen explique que les parents, et les autres enseignants et personnels travaillant dans l'école, ont été évidemment choqués par cette affaire "tout à fait regrettable" : "c'est un mélange de stupéfaction, de colère, d'incompréhension, mais c'était un vrai temps d'échange, avec des parents très dignes. Je les ai assuré de notre soutien absolu." En plus de la cellule d'écoute mise en place toute la semaine, et qui a reçu une vingtaine de parents et personnels de l'établissement dans la journée de mardi, l'éducation nationale a dédié trois numéros de téléphone pour "écouter les familles qui le souhaitent et répondre à leurs questions".

Un enseignant jusque-là sans problème

Interrogé sur le passé de cet enseignant, Philippe Ballé répond qu'"aucun élément n'avait évidemment été porté à notre connaissance : nous avons opéré toutes les vérifications nécessaires sur lui et aucun élément n'aurait pu constituer une alerte". Cet homme n'avait pas de casier judiciaire et son nom n'apparaissait pas dans le fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles. n'était pas. Enseignant depuis plus de vingt ans, exerçant dans cette école maternelle du Loiret depuis cinq ans, il est présenté comme un fonctionnaire "sans problème, un professeur des écoles lambda". Mis à pied dès jeudi dernier, l'enseignant sera licencié de l'éducation nationale, et est de toute façon condamné à une interdiction de travailler en contact avec des enfants.