Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Chartreuse du Glandier vendue à un négociant en vin bordelais pour 3 millions d'euros

-
Par , France Bleu Limousin

La chartreuse du Glandier en Corrèze est vendue. La mairie de Paris, propriétaire de l'ancien monastère et sanatorium, qui avait mis en vente le site aux enchères, devrait acter la semaine prochaine la cession du domaine à un investisseur bordelais pour trois millions d'euros.

La chartreuse du Glandier, érigée au 13ème siècle, a été transformée en sanatorium au siècle dernier avant d'accueillir des handicapés. Elle fut aussi le théâtre de l'affaire Lafarge.
La chartreuse du Glandier, érigée au 13ème siècle, a été transformée en sanatorium au siècle dernier avant d'accueillir des handicapés. Elle fut aussi le théâtre de l'affaire Lafarge. © Maxppp - Stéphanie Para

Elle avait été mise en vente sur le site Agorastore à 750.000 euros prix de départ. C'est donc à quatre fois plus que Notre-Dame du Glandier, 17 hectares et 44 bâtiments, aux confins des communes de Beyssac et Orgnac-sur-Vézère, a trouvé preneur parmi les cinq acquéreurs qui avaient fait une offre. L'heureux gagnant de ces enchères est le négociant en vins de Bordeaux Descas.

Ce dernier offre, en plus de l'enchère la plus élevée, un projet apparemment plus ambitieux que les autres. Il souhaite transformer la chartreuse par une importante rénovation pour faire des logements mais aussi des espaces de co-travail, des ateliers d'artistes, une bibliothèque, des jardins partagés et des commerces dédiés aux circuits courts. 

Pas de clauses suspensives

Un projet qui plait plutôt bien au département de la Corrèze, partenaire de la mairie de Paris pour cette vente. Mais qui a provoqué un petit coup de colère du président Pascal Coste. Car aucune des clauses suspensives que ce dernier avait demandées n'ont été finalement incluses dans l'acte de vente. Des clauses surtout pour éviter qu'en cas de défaillance de Descas, ou de refus de permis de construire, la chartreuse, haut-lieu de la mémoire corrézienne, ne se retrouve à l'abandon ou revendue à n'importe qui.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess