Faits divers – Justice

La colère gronde dans les couloirs du palais de justice de Perpignan

Par François Desplans, France Bleu Roussillon jeudi 3 avril 2014 à 15:59

Les greffiers en colère à Perpignan
Les greffiers en colère à Perpignan © Radio France - Anne-Natacha Bouillon

Une cinquantaine de personnels du tribunal de Perpignan ont manifesté ce jeudi midi sur les marches du palais de justice. Ils se disent exaspérés par les conditions de travail et la vétusté des locaux. Les greffiers réclament aussi la revalorisation de leurs statuts.

Greffiers, personnels administratif et techniques ont manifesté ce jeudi midi sur les marches du palais de justice de Perpignan. Manque de moyens, vétusté des locaux, conditions de travail dégradées, le personnel se dit aujourd'hui exaspéré.

"On nous a repeint les couloirs, mais les bureaux toujours aussi exigus ne sont pas aux normes"

"Par rapport à notre volume d'activité, c'est complètement inadapté. Proximité de l'Espagne, délinquance estivale, le volume du contentieux à Perpignan est très important. Or, nos locaux restent totalement sous-dimentionnés : on se retrouve bien souvent à quatre par bureaux avec des boîtes d'archives derrière".

En visite à Perpignan l'été dernier, la garde des sceaux Christiane Taubira avait promis de prendre une décision avant la fin de l'année 2013 sur l'avenir du palais de justice.

Deux scénarios sont en discussion . Tout d'abord, l'agrandissement du bâtiment actuel en utilisant les locaux de la chambre de commerce et d'industrie. Ou bien la construction d'une cité judiciaire toute neuve quartier Saint-Assiscle. La Chancellerie promet de trancher dans les prochaines semaines.

Manif tribunal / Son locaux

 

Pour une hausse des salaires et une meilleure reconnaissance professionelle

Autre renvendication des greffiers, la revalorisation de leurs statuts. Bon nombre d'actes judiciaires qu'ils prennent ne sont pas reconnus comme tels. Comme l'acte de procréation médicalement assistée pour lequel un greffier se substitue bien souvent au juge aux affaires familiales. "Aujourd'hui, on veut que cela soit reconnu officiellement".

Manif tribunal / Son réforme

 

 

 

Partager sur :