Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La cour d'appel de Dijon ordonne l'expulsion sans délai des occupants de la maison de l'Engrenage

-
Par , France Bleu Bourgogne

Sans surprise la cour d'appel de Dijon a ordonné l'expulsion sans délai, des habitants de la maison jouxtant les jardins de l'Engrenage. Le site occupé par des militants opposés à la construction de logements, avait déjà été évacué en avril dernier par les forces de l'ordre.

La maison jouxtant les jardins de l'Engrenage" à Dijon (archives-octobre 2020)
La maison jouxtant les jardins de l'Engrenage" à Dijon (archives-octobre 2020) © Radio France - Thomas Nougaillon

La cour d'appel de Dijon a confirmé ce mardi 29 juin 2021, l'expulsion sans délai des deux personnes squattant la maison adossée aux jardins de l'Engrenage. "Une ordonnance sans surprise", annonce ce soir Me Dominique Clémang, leur avocate. 

Satisfaction pour la Ville de Dijon

En revanche, "c'est une satisfaction" pour l'avocat de la Ville de Dijon, Me Arnaud Brultet, "c'est la reconnaissance du droit de la propriété, une reconnaissance que ce projet de construction n'est pas contrairement à ce que disent les autres, que du bétonnage mais un projet agrémenté de jardin", poursuit le conseil de la Ville de Dijon.

"C'est une décision qui dit : la loi doit être appliquée, et que les gens qui occupent ne sont pas des gentils jardiniers mais bien autre chose !" - Arnaud Brultet, avocat de la vile de Dijon

Le 19 juin dernier, la justice avait pourtant ordonné leur expulsion mais en leur accordant six mois pour déménager. La maison est occupée par des sympathisants des "Jardins de l'engrenage"  depuis juin 2020. Ils sont opposés à la "bétonisation de la ville" et la construction de 300 logements sur ce terrain d'un hectare et demi. 

Une évacuation des Jardins en avril dernier

Le site occupé par des militants opposés à la construction de logements, a été évacué en avril dernier par les forces de l'ordre. Une évacuation suivie par plusieurs jours de violences entre les autorités et les squatteurs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess