Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La Cour d'appel de Dijon relance l'enquête sur les cris racistes au match DFCO-Amiens

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu Picardie

L'auteur des cris de singe devrait être mis en examen. Le jeune homme de Dijon avait été identifié mais d'abord entendu comme témoin. Le capitaine d'Amiens Prince Guano avait parlé de "cris inadmissibles".

Prince Guano (Amiens) voulait quitter la pelouse de Dijon après les cris de singe en avril 2019
Prince Guano (Amiens) voulait quitter la pelouse de Dijon après les cris de singe en avril 2019 © Maxppp - Philippe Bruchot

Dijon - France

Le supporter de Dijon qui avait poussé de cris de singe pendant le match contre Amiens en avril dernier devrait être mis en examen. Ce supporter raciste de 22 ans avait été entendu mais seulement comme témoin. La justice vient de se raviser. Après des plaintes d'associations, la Cour d'Appel de Dijon vient de décider qu'il faut poursuivre l'enquête. Le supporter dijonnais devrait être mis en examen.  

Cris de singes et match interrompu quelques minutes

Le match au stade Gaston Gérard le 12 avril dernier, avait failli s'arrêter à un quart d'heure de la fin. Le capitaine d'Amiens voulait quitter la pelouse. Des cris de singe venaient de la tribune et Prince Guano voulait renoncer. Il avait lancé à son banc de touche : "c’est fini, on ne joue plus, je ramène mes coéquipiers et on rentre dans le vestiaire". Finalement le match avait repris. 

Après la rencontre Prince Guano avait parlé de "cris inadmissibles" et sur les réseaux sociaux son "message d'amour" avait été abondamment relayé. Même les joueurs du DFCO comme Benjamin Jeannot trouvait "normal que le capitaine d'Amiens ait voulu arrêter de jouer"

Le jeune homme de 22 ans qui avait lancé les cris racistes avait été identifié. Il avait été entendu d'abord comme témoin assisté et cette démarche avait indigné des associations qui avaient porté plainte. La Cour d’appel vient de décider qu'il faut poursuivre l'enquête et souhaite que le DFCO s'implique dans l’enquête et plus globalement, que les instances du football luttent davantage contre les incivilités, le hooliganisme, le racisme et les discriminations dans et autour des stades.