Faits divers – Justice

La cour d'assises d'Indre-et-Loire condamne Théophile Duhamel à 10 ans de réclusion criminelle

Par Boris Compain, France Bleu Touraine jeudi 28 janvier 2016 à 22:37

La cour d'assises d'Indre-et-Loire
La cour d'assises d'Indre-et-Loire © Radio France - Boris Compain

A l'issue de trois jours d'audience, ce jeune homme de 23 ans été reconnu coupable de "coup mortel" sur Magatte Gueye, 22 ans, qu'il a poignardé, rue des halles à Tours, en 2013. Ce jeune marginal avait un litige avec la petite amie de Duhamel à propos d'une affaire de téléphone portable

Les jurés ont délibéré pendant quatre heures avant de finalement suivre à la lettre les réquisitions de l'avocat général. Joêl Patard avait requis 10 ans, tout en précisant qu'il n'avait pas la conviction que Théophile Duhamel avait eu l'intention de tuer Magatte Gueye. Cette conviction, les jurés ne l'ont pas eu non plus.

Selon les jurés, il n'a pas intentionnellement tué la victime

Les jurés ont répondu "non" à la question de savoir si l'accusé avait intentionnellement donné la mort. Malgré tout, Théophile Duhamel est clairement déclaré coupable, puisque sans son coup de couteau, la victime serait toujours en vie. Une condamnation qui satisfait la mère de Magatte Gueye, défendue par Maitre Christophe Moysan.

Maitre Moysan "La Maman est soulagée, la justice est rendue"

L'accusé est "sorti du déni" durant le procès

Au cours du procès, Théophile Duhamel a fait un chemin important : le premier jour, il clamait qu'il n'était pour rien dans la mort de Magatte Gueye. Le deuxième jour, il a dit lui-même qu'il était "sorti du déni", et jeudi il a plusieurs fois regretté son geste, et présenté ses excuses à la mère de la victime. Eric Dupont-Moretti, l'avocat de l'accusé, avait demandé une condamnation en partie accompagnée de sursis. Il ne l'a pas obtenu, mais il se satisfait tout de même du verdict

Eric Dupont-Moretti : "Un verdict d'apaisement dont je ne ferai pas appel"

Théophile Duhamel est resté 3 ans en détention préventive, avant ce procès. C'est ce qui explique qu'il puisse prétendre dans quelques mois à une libération conditionnelle, si il présente toutes les garanties de réinsertion.

Partager sur :