Faits divers – Justice

La DDPP de la Drôme part à la chasse aux camions réfrigérés pas frais

Par Charlotte Coutard, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu lundi 19 octobre 2015 à 5:00

Contrôles sur des camions frigorifiques. Image d'illustration.
Contrôles sur des camions frigorifiques. Image d'illustration. © Radio France - Charlotte Coutard

Chaîne du froid brisée, produits en contact avec des surfaces sales, plusieurs infractions à l'hygiène ont été détectées par la direction de la protection des populations de la Drôme, lors de deux contrôles sur des camions réfrigérés. Ces contrôles vont donc avoir lieu plus souvent.

C'est le retour des contrôles de camions réfrigérés ! Deux contrôles ont eu lieu à Romans et Valence il y a quelques jours. Cela faisait 5 ans qu'aucun camion de transport de frais ou de surgelés n'avait pas été contrôlé par la DDPP de la Drôme, la Direction Départementale de la Protection des Populations. 

La chasse a été bonne

Vingt camions ont été contrôlés,  cinq infractions ont été détectées, et certaines assez graves : "Il y avait des problèmes de températures, des denrées qui devaient être à 3°C et qui étaient à 8°C, de la viande et des repas à livrer. Un autre véhicule transportait des carcasses de porcs, qui venaient d'un abattoir pour être livrées chez un professionnel à plusieurs centaines de kilomètres de Valence. Ces carcasses touchaient les parois du camion qui était particulièrement sale", énumère Didier Fabre, directeur adjoint de la protection des populations. _"_Il est sûr que si on transporte à des températures qui ne sont pas conformes, sur un temps assez long, on risque un développement microbien. Donc la santé des usagers peut être mise en danger. Même chose pour des carcasses qui touchent des parois dégoûtantes".

Ce que l'on a constaté nous pousse à refaire ce type de contrôles.

Les contrôles de ce genre vont donc de nouveau être réalisés dans les prochaines semaines, car il y a, semble t-il, un laisser-aller. Et ça peut coûter cher : de 450 à 750 euros d'amende par produit présent dans le camion. Deux PV ont été dressés lors du contrôle, les autres ont été simplement avertis.

Didier Fabre, directeur adjoint de la protection des populations de la Drôme.