Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Le double meurtre de Montigny-lès-Metz : 30 ans de rebondissements judiciaires

Francis Heaulme sera jugé seul pour le double meurtre de Montigny-les-Metz

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

La cour de cassation a décidé ce mardi de rejeter l’appel du non-lieu dont a bénéficié Henri Leclaire dans l’affaire du double meurtre de Montigny-Les-Metz. Leclaire est donc définitivement mis hors de cause. Francis Heaulme comparaîtra donc seul lors d'un cinquième procès.

Francis Heaulme sera jugé seul pour le double meurtre de Montigny les Metz
Francis Heaulme sera jugé seul pour le double meurtre de Montigny les Metz © Maxppp - PHOTOPQR

Montigny-lès-Metz, France

La cour de cassation a décidé de rejeter l’appel du non-lieu dont a bénéficié Henri Leclaire dans l’affaire du double meurtre de Montigny-les-Metz ce mardi 10 janvier. Le pourvoi avait été déposé par la mère d'un des deux petits garçons tués. Les deux enfants ont été tués à coups de pierre à Montigny les Metz en septembre 1986.

Des éléments nouveaux qui ne sont pas déterminants

Le plus important dans la décision de ce jour, c'est le non-lieu pour Henri Leclaire.Ce non-lieu devient définitif, et il n'est pas poursuivi. La Cour de cassation estime que les témoins de dernière minute ne sont pas déterminants. Ni le cheminot qui dit avoir vu Leclaire avec un t-shirt portant des traces de sang. Ni la femme de Leclaire, à qui il a rejoué une scène qui semblait être celle de l'agression des enfants. Enfin et surtout aucun témoignage n'apporte la preuve que les deux hommes se connaissaient ou se fréquentaient. Quant aux aveux d'Henri Leclaire qui datent de 1986, ils ne sont pas non plus probants pour les magistrats.

Un cinquième procès avec Francis Heaulme comme seul accusé

C'est donc seul que Francis Heaulme devra répondre du double meurtre devant la cour d'assises. Des dates sont déjà envisagées fin avril. Le procès reprendrait du début, comme si rien n'était arrivé. Entretemps, il se sera tout de même passé trois ans. Pour la défense d'Herni Leclaire, cette décision est un soulagement. Même si son avocat Thomas Hellenbrand, ne ménage pas les témoins, qui selon lui ont fait traîner la procédure en longueur : "Ces témoins ont retardé le procès pour les victimes. Ils ont aussi emmené Henri Leclaire a être exposé et traité comme un potentiel coupable dans cet horrible crime. Sous prétexte d'aider la justice, ils l'ont en fait bien desservie"

Thomas Hellenbrand, l'avocat d'Henri Leclaire est soulagé

C'est Chantal Beining, la maman de Cyril qui avait entammée la procédure devant la cour de cassation. Pour son avocate, maitre Dominique Boh Petit, renvoyer Leclaire aurait permis de faire toute la lumière dans le dossier. "On laisse Henri Leclaire au bord du chemin. Ca promet un procès difficile. C'est un retour à la case départ, sauf que trois ans se sont passés."

Dominique Boh Petit, avocate de madame Beining considère que laisser Leclaire au bord du chemin est dommageable

Trois ans de procédures

Il y a un mois, l'avocat général dans ses conclusions a estimé qu'il y avait une erreur juridique. Au lieu d'ouvrir une nouvelle information judiciaire, il aurait fallu rouvrir le dossier pour charges nouvelles. Il y a bientôt trois ans, au lendemain de l'arrêt du procès du double meurtre de Montigny-les-Metz, on pensait l'affaire entendue. Il y avait de nouveaux témoins qui incriminaient Henri Leclaire, le premier en 1986 à avoir avoué le meurtre. Il ne pouvait donc pas être un simple témoin. La justice ordonne une nouvelle information judiciaire, et dans un premier temps décide son renvoi devant les assises. Son avocat fait appel le 7 juillet 2016, la chambre de l'instruction fait marche arrière, et lui accorde un non-lieu. C’est cette décision qui faisait l’objet du pourvoi.

A lire aussi - Trente ans après, le double meurtre de Montigny-les-Metz reste sans coupable

Choix de la station

France Bleu