Faits divers – Justice

La délinquance stable en Indre-et-Loire en 2016

Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine lundi 16 janvier 2017 à 15:43

Le palais de justice de Tours
Le palais de justice de Tours © Radio France - Xavier Louvel

Rentrée solennelle ce lundi au palais de justice de Tours, qui marque l'ouverture de l'année judiciaire. Sur l'année 2016, on a compté près de 38.000 crimes et délits, un nombre stable par rapport à 2015 a précisé le procureur de la République Jean-Luc Beck.

Le tribunal de Tours a fait sa rentrée solennelle ce lundi matin. Elle marque traditionnellement le lancement de l'année judiciaire. C'est aussi l'occasion de tirer un bilan comptable de son activité sur l'année précédente. Le parquet de Tours a par exemple traité en 2016 près de 38.000 crimes et délits, soit quasiment autant qu'en 2015.
"Nous n'avons plus de retard dans le traitement de ces dossiers en pénal. Nous avons apuré nos stocks" précise la présidente du tribunal de grande instance Catherine Jeanpierre-Cleva.

Preuve d'une activité très soutenue, "le parquet de Tours ne peut pas assurer toutes les missions qui lui sont dévolues" explique le procureur Jean-Luc Beck. Il s'est d'ailleurs arrêté là cette année. Il n'a pas apporté de chiffres supplémentaires sur l'activité judiciaire de son service, "pas de litanie habituelle du manque de moyens", pour ne pas passer pour des "mendiants" assène Jean-Luc Beck.

Dans les nombreux dossiers en pénal traités, le délais de traitement s'est encore raccourci. Le plaidé coupable à la française, la CRPC, continue d'augmenter, ce qui permet de désengorger les salles d'audience. 951 affaires traitées comme ça l'an dernier, 919 en 2015, 400 en 2014. Le parquet s'est enfin inquiété de la situation de la maison d'arrêt de Tours, "pleine comme un oeuf", 231 détenus à ce jour pour 141 places, avec des "conditions de travail très difficiles" pour les personnels pénitentiaires.

La présidente du tribunal de grande instance de Tours a confirmé des travaux importants qui vont avoir lieu à partir de l'automne prochain, pendant deux ans au palais de justice, pour rapatrier notamment le tribunal d'instance. Ils coûteront trois millions d'euros.