Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Fiona

Affaire Fiona : la demande de remise en liberté de Cécile Bourgeon jugée ce mardi

Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu mardi 27 décembre 2016 à 1:10

Cécile Bourgeon, photo prise au mois de mai dernier
Cécile Bourgeon, photo prise au mois de mai dernier © AFP - Thierry Zoccolan

Après sa condamnation à cinq ans de prison il y a un mois, Cécile Bourgeon a déposé une demande de remise en liberté. Elle sera jugée ce mardi matin par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Riom.

Ce n'est pas la première fois que Cécile Bourgeon fait une demande de remise en liberté. Les précédentes avaient toutes été refusées mais c'était avant le procès aux assises. Depuis, les jurés populaires se sont prononcés et ont acquitté la mère de Fiona des faits les plus graves, les violences aggravées ayant entraîné la mort de la petite fille. Si elle a été condamnée à cinq ans de prison, c'est pour sanctionner des délits: non-assistance à personne en danger, recel ou dissimulation de cadavre, modification de l'état des lieux d'un crime et dénonciation mensongère d'un crime.

Ce n'est pas un élément nouveau mais Cécile Bourgeon va se présenter ce mardi matin avec un "statut" différent. Elle est incarcérée depuis septembre 2013, elle a donc déjà effectué les deux tiers de sa condamnation, le moment où un détenu peut espérer une remise de peine. Même s'il y aura un second procès en appel (la date et le lieu n'ont pas encore été fixés), aux yeux de la justice Cécile Bourgeon est susceptible d'être libérée. Dans ce cas, elle comparaîtrait libre lors du procès en appel.

Des troubles exceptionnels à l'ordre public

On n'en est pas là. Gilles-Jean et Renaud Portejoie, ses avocats, vont évidemment insister sur le fait que leur cliente peut prétendre à une remise de peine. Ce sera ensuite aux magistrats de la chambre de l'instruction de trancher. Ils ont déjà refusé ses précédentes demandes de remise en liberté en invoquant notamment les risques exceptionnels de trouble à l'ordre public. Cette motivation pourrait être une nouvelle fois mise en avant. Il faut dire que la mère de Fiona déchaîne les passions depuis le début de cette affaire et que les réactions après le verdict de la cour d'assises du Puy de Dôme ont été très virulentes.

Cécile Bourgeon avait également indiqué lors d'une des audiences devant la chambre de l'instruction qu'elle avait besoin de revoir ses enfants, la petite sœur de Fiona et le fils qu'elle a eu avec Berkane Makhlouf. Elle avait d'ailleurs brandi leur photo devant la caméra d'où elle comparaissait en visio-conférence. Un argument qu'elle ne pourra pas utiliser ce mardi puisqu'elle a également été condamnée par la cour d'assises au retrait de l'autorité parentale.

Comme lors des précédentes demandes de remise en liberté, Cécile Bourgeon comparaîtra une nouvelle fois en visio-conférence depuis la prison de Lyon-Corbas, où elle est incarcérée. L'audience doit débuter à 9 heures ce mardi matin et sera publique. La chambre de l'instruction peut se prononcer dans la foulée ou bien mettre sa décision en délibéré.