Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La députée Sylvie Andrieux connait la décision de la cour de cassation ce mercredi

mardi 8 novembre 2016 à 21:10 Par Fabien Le Dû, France Bleu Provence

Condamnée en appel en 2014 à quatre ans de prison dont un ferme et 100 000 euros d'amende pour détournement de fonds publics, la députée des quartiers nord de Marseille attend beaucoup de la décision de la cour de cassation.

Sylvie Andrieux
Sylvie Andrieux © Maxppp -

Marseille, France

Après sa condamnation en appel en septembre 2014, Sylvie Andrieux avait saisi la cour de cassation. Elle avait été condamnée à quatre ans de prison dont un ferme, 100 000 euros d'amende, et cinq ans d'inéligibilité pour détournement de fonds publics, une peine plus lourde qu'en première instance, en mai 2013.

L'élue, radiée du parti socialiste mais toujours officiellement députée, était jugée pour le versement, de 2005 à 2009, de plus de 700 000 euros à des associations souvent fictives dirigées par des escrocs, agissements révélés par Tracfin en 2007. Alors Vice-présidente en charge de la politique de la ville au conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur, Sylvie Andrieux a toujours nié avoir eu connaissance de ces malversations.

Les juges ont été persuadés du contraire dénonçant un clientélisme destiné à la rendre populaire dans les quartiers nord pour assurer sa réélection.

Élue pour la première fois en 1997, Sylvie Andrieux siège aujourd'hui à l'assemblée parmi les non-inscrits, elle avait été réélue députée, en 2012, en pleine tourmente judiciaire, avec quelques centaines de voix d'avance seulement sur Stéphane Ravier, candidat du Front National.

Si la cour de cassation venait aujourd'hui à casser le jugement en appel cela ne blanchirait pas pour autant la députée qui pourrait être rejugée devant une cour d'appel délocalisée, mais cela donnerait un sursis et un regain d'énergie à sa carrière politique.