Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Mireille Clapot, députée LREM de Valence, se fait vacciner avec AstraZeneca pour montrer l'exemple

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Mireille Clapot, députée de la majorité dans la Drôme, a reçu une première injection d'AstraZeneca contre le coronavirus. Elle espère redonner confiance en ce vaccin, dont de nombreux Français ne veulent pas.

Mireille Clapot, député de la Drôme, juste après avoir reçu une première injection d'Astrazeneca.
Mireille Clapot, député de la Drôme, juste après avoir reçu une première injection d'Astrazeneca. - Timothé Durroux

Vaccinée pour montrer l'exemple. La députée La République en marche de la première première circonscription de la Drôme, Mireille Clapot, 57 ans, a reçu mardi 20 avril une première injection du vaccin Astrazeneca contre le Covid-19, dans une pharmacie de Valence. L'élue a tenu à le faire en présence de la presse. "C'est un geste privé et intime, mais là ça contribue à la politique publique de vaccination. J'espère peut-être qu'en me voyant les gens se diront que c'est sans danger", explique Mireille Clapot. La députée espère redonner confiance en ce vaccin mal-aimé des Français, qui provoque des thromboses dans de très rares cas. 

Mireille Clapot a tenu à montrer devant les appareils photos qu'elle a bien reçu une dose d'AstraZeneca. "Pour qu'on ne dise pas que j'ai triché", explique l'élue.
Mireille Clapot a tenu à montrer devant les appareils photos qu'elle a bien reçu une dose d'AstraZeneca. "Pour qu'on ne dise pas que j'ai triché", explique l'élue. © Radio France - Guillaume Farriol

Dans certains centres de vaccination, les doses d'AstraZeneca ont même du mal à être écoulées. "Il faut retrouver la logique dans cette affaire, et regarder les chiffres, plaide l'élue. À tout acte de la vie quotidienne qu'on effectue, il y a des risques. Dans le cas de la vaccination, il faut avoir conscience qu'il y a des risques, mais il faut aussi avoir confiance : les bénéfices sont infiniment supérieurs aux petits risques." En témoigne d'ailleurs le dernier bilan de l'Agence française du médicament, en date du 8 avril : depuis le début de la vaccination avec ce vaccin, ce sont "23 cas, dont 8 décès au total" de thromboses rares et d'anomalies de la coagulation qui sont survenus en France, pour plus de 2 725 000 injections d'AstraZeneca.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess