Faits divers – Justice

La diffusion d'une vidéo de viol sur les réseaux sociaux déclenche l'ouverture d'une enquête

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région et France Bleu lundi 4 janvier 2016 à 10:55 Mis à jour le lundi 4 janvier 2016 à 13:47

Police
Police © Maxppp

Deux suspects ont été interpellés à Perpignan dimanche matin dans l'affaire du viol diffusé sur les réseaux sociaux. Contrairement à ce que l'on pensait dans un premier temps, ce viol ne s'est pas déroulé à Grigny (Essonne) mais à Perpignan dans les Pyrénées Orientales.

Deux jeunes hommes d'une vingtaine d'années ont été interpellés à Perpignan dans l'affaire du viol diffusé sur les réseaux sociaux. Après la mise en ligne d'une vidéo où l'on voit une jeune femme violée par deux hommes, une enquête préliminaire avait été ouverte dimanche à Evry (Essonne). On pensait alors que les faits s'étaient déroulés à Grigny. L'enquête avait été confiée à la Sûreté départementale de l'Essonne.

Les deux hommes ont été arrêtés dimanche matin dans un appartement perpignanais. Lorsque la police est arrivée sur les lieux du viol, la victime était encore sur place, prostrée. Les deux suspects étaient devant leur ordinateur et se vantaient de leurs actes. La sûreté départementale de Perpignan a été chargée de deux enquêtes pour "diffusion d'images pornographiques sur internet et pour suspicion de viol aggravé". "Il faudra déterminer la part de contrainte de la relation sexuelle entre ces deux hommes placés en garde à vue et une femme, elle aussi majeure, sur fond d'alcool", a indiqué le directeur départemental Yannick Janas.

Ce sont les internautes, des proches des deux violeurs, choqués par les images, qui avaient demandé la suppression de cette vidéo et prévenus les autorités. Ils avaient alerté le compte twitter de la police nationale. Il a fallu quelques heures seulement à la police pour identifier les violeurs.

Cette vidéo montre des jeunes qui partent en scooter avec une jeune femme dans une maison. Ils la font boire, ils la droguent et ils la violent. On voit la jeune femme résister à ses agresseurs. Une source judiciaire avait indiqué que sur les images "on peut identifier deux agresseurs et la jeune femme qui est très visible".

La vidéo a été largement relayée dimanche sur les réseaux sociaux. Elle a surtout été vue sur Facebook mais elle avait d'abord été publiée par ses auteurs sur le réseau de vidéo en ligne Snapchat.

 

Partager sur :