Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La faculté de Metz évacuée par la police

mercredi 25 avril 2018 à 9:19 - Mis à jour le mercredi 25 avril 2018 à 10:57 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Ce mercredi matin, la police est intervenue sur les campus de Metz et de Nancy pour évacuer les étudiants opposés à la réforme de l’accès à l’université. Les jeunes Mosellans notamment, occupaient certains bâtiments depuis trois semaines.

La police est intervenue sur le campus de Metz pour évacuer les étudiants opposés à la réforme de l'université.
La police est intervenue sur le campus de Metz pour évacuer les étudiants opposés à la réforme de l'université. © Radio France - Romeo Van Mastrigt

Metz, France

La présidence de l’Université de Lorraine a fait appel à la police ce mercredi matin, pour évacuer les deux bâtiments bloqués du campus du Saulcy à Metz et la faculté de lettres à Nancy a annoncé le syndicat étudiant Unef sur Twitter. Depuis trois et deux semaines, ils étaient occupés par des étudiants opposés à la réforme de l’accès à l’université. 

Vers 6h ce matin, les forces de l’ordre sont donc intervenues, dans le calme, à Metz, pour déloger la poignée de jeunes présents sur place en cette période de vacances. Il n’y a pas eu de violence, ni d’interpellation. A Nancy en revanche, où la fac de lettres était également occupée, une cinquantaine de policiers ont été mobilisés pour évacuer une vingtaine d’étudiants. Un individu a été interpellé.

Désormais les bâtiments du campus de Metz seront gardés par des vigiles d'une société de gardiennage privée pour "empêcher toute intrusion illicite jusqu’à la tenue des examens" début mai précise la préfecture de Moselle dans un communiqué.

Lors de scrutins électroniques sur les campus de Nancy et de Metz, les étudiants avaient voté à une large majorité (74,2% à Metz le 19 avril, 70,5% à Nancy le 9 avril) pour la reprise des cours, mais la poursuite des blocages avait été décidée lors d'assemblées générales rassemblant quelques centaines d'étudiants.