Faits divers – Justice

La famille d'Agnès Marin assigne l'État en justice et réclame plus de deux millions d'euros

Par Virginie Salanson, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu vendredi 7 février 2014 à 8:56

A la cour d'assises du Puy-en-Velay, Frederic et Paola Marin, les parents d'Agnès avec maître Szpiner
A la cour d'assises du Puy-en-Velay, Frederic et Paola Marin, les parents d'Agnès avec maître Szpiner © MaxPPP-Rémy Perrin-Le Progrès

La famille d'Agnès Marin, violée et tuée en novembre 2011 au Chambon-sur-Lignon, vient d'intenter une procédure contre l'État pour faute lourde. Pour les proches de la jeune fille il y a eu trop de dysfonctionnements dans cette affaire, ils réclament plus de deux millions d'euros.

En novembre 2011, Agnès Marin, une adolescente de 13 ans, scolarisée au collège Cévenol au Chambon-sur-Lignon en Haute-Loire, était violée et tuée par un de ses camarades, Matthieu, âgé de 17 ans à l'époque. Ce jeudi 6 février, la famille de la jeune fille a assigné l'État en justice pour faute lourde devant le tribunal de Paris. Les proches d'Agnès ont lancé une procédure au civil qui repose sur une série de dysfonctionnements dans le dossier.

Le premier c'est la remise en liberté, sans suivi particulier, de Matthieu après son incarcération pour le viol d'une de ses amies dans le département du Gard en 2010. Le deuxième c'est un rapport d'un expert psychiatre après cette première affaire qui conclut à la non dangerosité de l'individu. Enfin la troisième défaillance, pour la famille, c'est le fait que Matthieu ait pu s'inscrire lycée Cévenol du Chambon, un établissement qui ne semblait pas adapté. Le lycée est mixte et offre une grande autonomie à ses élèves. Les proches d'Agnès Marin réclame plus de deux millions d'euros à l'État devant le tribunal de Paris.

AGNES son

Le jeune Matthieu a été condamné en juin dernier à la réclusion criminelle à perpétuité par les assises de la Haute-Loire, siégeant à huis clos car il était encore mineur à l'époque des faits. Il a fait appel et un second procès devrait se tenir en septembre prochain à la cour d'appel de Riom.

→ Notre dossier : Le meurtre d'Agnès Marin

Partager sur :