Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : Pourquoi l'école Al-Badr est toujours ouverte alors que le Conseil constitutionnel confirme sa fermeture ?

vendredi 1 juin 2018 à 18:59 Par Boris Loumagne et Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie

La justice avait ordonné la fermeture de l’école musulmane, en décembre 2016. Le Conseil constitutionnel a validé ce vendredi le texte de loi qui avait justifié cette condamnation. mais dans les faits, l'école est toujours ouverte.

L'école accueille toujours près de 80 enfants, de la maternelle au CM2. - Capture d'écran / Google Street-View
L'école accueille toujours près de 80 enfants, de la maternelle au CM2. - Capture d'écran / Google Street-View

Toulouse, France

La fermeture d'une école musulmane de Toulouse a été validée par le Conseil constitutionnel ce vendredi. Condamner l’école musulmane Al-Badr, située dans le quartier Bellefontaine, à la fermeture était donc conforme à la loi. Les "sages" ont validé la décision de la justice toulousaine prise en décembre 2016 de mettre fin à l'activité de cette école hors contrat.

Status quo

Sur place rien n'a vraiment changé depuis décembre 2016, lorsque l'école a été condamnée notamment pour ne pas avoir enseigné assez de sciences et d'histoire-géographie aux élèves. Près de 80 élèves y sont encore scolarisés, en primaire ou en maternelle. Mais en réalité, ce n'est plus tout à fait la même école puisque c'est une nouvelle association qui gère cet établissement. Une association dans laquelle on trouve l'ancien directeur condamné en 2016. Quant au projet pédagogique actuel, il est toujours axé sur l'enseignement de la langue arabe, du Coran et de la culture Islamique. Autre changement avec Al-Badr, cette école n'est pas conventionnée avec l'Education Nationale. 

Une chose est sûre : la décision du Conseil constitutionnel n'aura pas d’effet sur la scolarisation des enfants. C'est ce qu' a répété l'ancien directeur à France Bleu Occitanie. AbdelFattah Rahhaoui réaffirme d'ailleurs sa volonté d'ouvrir un collège à la rentrée de septembre.