Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Retrouvée morte défigurée il y a près d'un an, l'inconnue du Jura était une jeune prostituée roumaine

jeudi 9 novembre 2017 à 19:38 Par Anne Fauvarque, France Bleu Besançon et France Bleu

Il aura fallu près d'un an d'enquête et une étroite collaboration entre la France et la Suisse pour résoudre le mystère autour de la découverte du cadavre d'une jeune femme au Frasnois, à proximité des cascades du Hérisson, dans le Jura. La victime avait été défigurée. Elle est désormais identifiée.

La procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot (au centre) a donné une conférence de presse ce jeudi en présence de son homologue du canton de Vaud, Christian Bauffat (à sa gauche) et des enquêteurs suisses et franc-comtois.
La procureure de Besançon, Edwige Roux-Morizot (au centre) a donné une conférence de presse ce jeudi en présence de son homologue du canton de Vaud, Christian Bauffat (à sa gauche) et des enquêteurs suisses et franc-comtois. -

Le Frasnois

Près d'un an après la découverte du cadavre d'une jeune femme, dans un bois du Frasnois, dans le Jura, parquets de Besançon et du canton de Vaud, en Suisse, ont détaillé l'ensemble des faits lors d'une conférence de presse ce jeudi au palais de justice de Besançon.

La victime a donc été identifiée. Il s'agit d'une prostituée roumaine de 18 ans.Son identification a été particulièrement longue. Le corps de la jeune femme présentait vingt-six coups de couteau plus ou moins appuyés au niveau du flanc et des cervicales gauches. Mais aucun mortel. Son décès avait été causé par de multiples coups portés au visage, dont les os et les dents étaient brisés. La victime était totalement méconnaissable. L'institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale a donc effectué une reconstitution faciale pour établir son portrait-robot en 3D et diffuser un nouvel appel à témoins, en France mais aussi en Europe. En vain.

L'ADN élément clé

C'est son ADN qui a permis de l'identifier. Il correspondait avec celui d'une jeune femme disparue à Sullens, près de Lausanne en Suisse, dont la carte d'identité roumaine a été retrouvée cet automne par une promeneuse. Et au sang, retrouvé lui à 200 mètres des papiers d'identité. Les techniciens suisses ont même "carotté" le sol pour effectuer des prélèvements en profondeur. L'ADN correspondait. La jeune fille a donc été identifiée en septembre.

Le meurtrier présumé placé en détention provisoire

Quant à son meurtrier présumé, il a été interpellé ce mardi, dans le Doubs. Son ADN correspond à celui trouvé sur la victime et sur le lieu de la découverte du cadavre au Frasnois. C'est un hôpital de Franche-Comté qui a alerté les gendarmes. Il avait soigné un homme pour une blessure à la main au moment de la disparition de la jeune roumaine en Suisse. Il s'agit donc d'un Franc-comtois de 30 ans qui travaille à Lausanne, dont le casier judiciaire est vierge. L'homme nie les faits. Le mobile n'est pas connu, mais "certains éléments peuvent laisser penser qu'il s'agit de prostitution", a expliqué Edwige Roux-Morizot, la procureure de Besançon. Le suspect a été mis en examen pour meurtre et écroué ce jeudi.