Faits divers – Justice

Fin de l'enquête sur les disparues de la gare de Perpignan

Par Anne-Natacha Bouillon, France Bleu Roussillon et France Bleu mardi 25 octobre 2016 à 16:08

Jacques Rançon devrait être renvoyé devant les assises début 2018.
Jacques Rançon devrait être renvoyé devant les assises début 2018. © Maxppp -

Jacques Rançon est accusé des assassinats de deux jeunes femmes disparues autour de la gare de Perpignan. La justice le soupçonne aussi de tentative de viol et de tentative d'assassinat. On a retenu quatre victimes à Perpignan. Les magistrats instructeurs ont décidé de clore l'enquête.

C'est la fin de l'enquête des disparues de la gare à Perpignan. Jacques Rançon, ancien cariste âgé aujourd'hui de 56 ans, est considéré par la police comme le "tueur de Perpignan".

Condamné pour viol, Jacques Rançon a passé cinq ans derrière les barreaux à Amiens. À peine a-t-il recouvré la liberté, qu'il récidive dès son arrivée à Perpignan et tente d'abuser d'une jeune fille de 19 ans, près du Pont Arago en septembre 1997.

Les enquêteurs ont épluché toutes les plaintes pour viols et disparitions qui n'ont pas été résolues. C'est comme ça qu'ils ont fait le rapprochement.

Et Rançon a tout avoué. Oui, l'assassinat et les mutilations sur Mokhataria Chaïb deux mois plus tard, c'est lui. La tentative d'assassinat sur une jeune fille qui le reconnait tant d'années après, c'est lui aussi. La mort atroce de Marie-Hélène Gonzalez en juin 98 dont le corps a été mutilé, c'est encore lui.

Aujourd'hui, les juges d'instruction ne lui imputent pas d'autre crime. Ils viennent d'annoncer qu'ils arrêtaient les investigations. Cela ne veut pas dire que la procédure est complètement terminée : l'avocat de Rançon va par exemple demander un complément d'expertise psychiatrique pour son client.

Cela ne vaut pas dire non plus que l'assassin meurtrier de la gare de Perpignan n'a pas sévi ailleurs. Si c'est le cas, cela fera l'objet d'une deuxième affaire Rançon.

Jacques Rançon devrait être renvoyé devant les assises début 2018.

Partager sur :