Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La finale de la coupe de l'Indre de football annulée après les débordements à Issoudun

vendredi 11 mai 2018 à 19:01 - Mis à jour le vendredi 11 mai 2018 à 22:51 Par Adèle Bossard, Sylvain Rogie et Jonathan Landais, France Bleu Berry

La finale de la coupe de l'Indre de football n'aura pas lieu. Le match entre Déols et Issoudun est annulé, après les bagarres entre supporters dans les tribunes issoldunoises lors de la demi-finale de la compétition, jeudi.

Illustration - football
Illustration - football © Maxppp - Alexandre MARCHI

Indre, France

La finale de la coupe de l'Indre de football n'aura pas lieu ! Une première dans l'histoire de la compétition. Le match entre Déols et Issoudun, qui devait avoir lieu le vendredi 18 mai, est annulé. Cette décision fait suite aux débordements pendant la demi-finale ce jeudi soir : des bagarres ont éclaté dans les tribunes à Issoudun, pendant le match entre les Issoldunois et La Châtre. Le match avait dû être interrompu pendant une quinzaine de minutes.

Le district de l'Indre justifie sa décision

"C'est vraiment une décision pas prise de gaieté de coeur avec mes collègues du district" a d'emblée expliqué sur France Bleu Berry Marc Touchet le président du district de football de l'Indre, interrogé par Sylvain Rogie à la mi-temps du match de Ligue 2 Châteauroux-Brest au stade Gaston Petit.

"Je suis très peiné de cette décision mais à un moment il faut dire stop"

"Il y avait déjà eu des soucis après la demi-finale dimanche à l'aller à La Châtre, et jeudi _il y a eu un déferlement de la part de certains pseudo supporters, c'est intolérable_, on ne peut que condamner (...) qu'on soit obligés de mobiliser les gendarmes dans le contexte actuel pour un match de football amateur c'est vraiment regrettable".

Les dirigeants d'Issoudun seront entendus"

"La commission de discipline s'est saisie du dossier, elle a suspendu le club d'Issoudun à titre conservatoire car il y a un dossier à instruire, les dirigeants d'Issoudun seront entendus, ils ont sûrement des éléments que je ne connais pas, mais _la commission n'aura pas délibéré avant le 18 mai car il faut entendre tout le monde_, donc il n'était pas possible de maintenir la finale à Gaston Petit, j'en suis très peiné", a-t-il encore expliqué.

C'est un appel à tous les présidents de clubs"

"L'équipe d'Issoudun a joué le jeu sur le terrain pour essayer de se qualifier, le club de Déols est aussi pénalisé... mais à un moment il faut dire stop c'est trop, le football amateur c'est un sport qui véhicule des valeurs de fraternité, d'amour, de partage (...) ce que j'ai vu jeudi dans les tribunes, ce n'est pas du tout ça, donc moi je dis, on arrête (...) c'est un appel à tous les présidents de clubs, ça s'est passé à Issoudun et je ne souhaite pas le revoir ailleurs, il faut que chacun prenne ses responsabilités, les discours de façade, moi ça m'use".

La déception de Déols, l'autre finaliste

Francis Gautron, le Président délégué du club de Déols, l'autre finaliste qui devait affronter Issoudun, regrette forcément cette décision. "Je suis déçu pour plein de choses... pour les joueurs, pour les supporters, nous, finalement, on n’y est pour rien ! (...) depuis deux ans, il y avait eu quelques soucis, peut-être que les instances footballistiques du département voir régionales auraient pu réagir avant (...), la finale de la Coupe de l'Indre est quand même très prisée dans le département, c'est catastrophique d'en arriver là", a-t-il expliqué.

"C'est catastrophique d'en arriver là, les instances auraient peut-être pu réagir avant"