Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La Flèche : le procès du meurtre de "Nono" devant la Cour d'Assises

-
Par , France Bleu Maine

En août 2015, un homme de 36 ans avait été retrouvé mort dans l'incendie de sa maison rue de l'Hospice. L'enquête avait révélé que ce Sarthois avait été tué et qu'ensuite, le feu avait été mis à son logement. Un homme d'une quarantaine d'années comparait seul à partir de ce lundi pour quatre jours.

Le procès doit durer quatre jours.
Le procès doit durer quatre jours. © Radio France - Boris Hallier

La Flèche, France

A deux reprises au minimum, l'accusé a reconnu avoir porté les coups de couteau au thorax (au mois trois) et dans plusieurs organes vitaux. Puis avoir mis le feu à la maison d'Arnaud Froger, un Fléchois de 36 ans, pour tenter de maquiller le meurtre en incendie. L'homme d'une quarantaine d'années était, d'ailleurs, présent, lorsque les pompiers sont arrivés sur les lieux du drame, le 20 août 2015, rue de l'Hospice. Les secours ont remarqué son comportement étrange. 

Un seul accusé finalement

Pendant la longue enquête, l'accusé a donné des versions différentes des faits, parfois contradictoires, mêlant son frère et deux autres personnes, toutes mises en examen avant qu'un non-lieu soit finalement prononcé faute de preuves suffisantes. Le Sarthois qui comparait donc seul a notamment évoqué des insultes envers sa famille, comme élément déclencheur. 

Ce qui est sûr, c'est que les deux Fléchois se retrouvaient assez régulièrement pour boire ensemble. Mais, ont dit plusieurs personnes, interrogées, l'alcool ne rendait pas Arnaud Froger agressif.

Un accusé décrit comme fragile 

L'accusé est décrit comme très fragile psychologiquement, schizophrène, présentant une forte déficience intellectuelle. Mais tout de même apte à répondre de ses actes. Il est pénalement responsable. Les experts n'évoquent pas l'abolition de son discernement au moment des faits. Peut-être une altération. Les débats devant la Cour d'Assises devraient, en partie, sur cette question. Le procès doit durer quatre jours.