Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

La France a rapatrié cinq enfants de jihadistes de Syrie

vendredi 15 mars 2019 à 15:02 - Mis à jour le vendredi 15 mars 2019 à 19:17 Par Viviane Le Guen, France Bleu

La France a rapatrié cinq enfants de jihadistes, de 1 à 5 ans, "orphelins et isolés" qui se trouvaient dans des camps en Syrie, annonce le ministère des Affaires étrangères ce vendredi, qui évoque "la situation de ces très jeunes enfants particulièrement vulnérables".

Des enfants dans un camp de déplacés en Syrie en 2017
Des enfants dans un camp de déplacés en Syrie en 2017 © Maxppp - Chris Huby / Le Pictorium

Alors que les forces antijihadistes ont lancé l'assaut final contre les dernières positions tenues par le groupe État islamique (EI) en Syrie, la France a rapatrié ce vendredi cinq enfants de jihadistes, "orphelins et isolés, âgés de 5 ans et moins, qui se trouvaient dans des camps du nord-est" du pays a annoncé le ministère des Affaires étrangères. "Ces enfants font l'objet d'un suivi médical et psychologique particulier et ont été remis aux autorités judiciaires", précisent les autorités dans un communiqué.

Cinq enfants dont une fratrie de trois garçons

D'après France Inter, cinq enfants sont arrivés cet après-midi sur le sol français, âgés de un à cinq ans. Parmi eux, une fratrie de trois garçons, dont les grands-parents habitent à Libercourt, dans le Pas-de-Calais, et deux petites filles. L'un de ces enfants est sévèrement blessé par des éclats d'obus au visage. Les enfants ont été récupérés par des militaires français dans plusieurs camps, notamment celui d'Al Hol, au nord-est de la Syrie, et ont voyagé dans un avion militaire avec des médecins à bord. Les mères de ces enfants sont décédées, quant aux pères, ils sont soit présumés morts, soit incarcérés. L'un de ces enfants est sévèrement blessé par des éclats d'obus au visage.

"Les proches concernés, qui étaient en contact avec le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, ont été informés" indique le Quai d'Orsay. "La décision a été prise au regard de la situation de ces très jeunes enfants particulièrement vulnérables". 

Une approche "au cas par cas" 

Plusieurs familles demandent depuis plusieurs mois le retour de leurs enfants, pour les juger en France, et de leurs petits-enfants, au titre de la protection de l'enfance. Un casse-tête politique et juridique pour le gouvernement accusé de"cynisme" par les familles. Mercredi soir, Emmanuel Macron avait évoqué "une approche au cas par cas".

En revanche, "s'agissant des ressortissants français adultes, combattants et djihadistes ayant suivi Daech au Levant, la position de la France n'a pas changé : ils doivent être jugés sur le territoire où ils ont commis leurs crimes", souligne le ministère des Affaires étrangères. "C'est une question de justice et de sécurité à la fois".