Faits divers – Justice

La France condamnée pour la mort de Joseph Guerdner en garde à vue

Par Christelle Marquès, France Bleu Provence jeudi 17 avril 2014 à 13:14

Marche silencieuse à la mémoire de Joseph Gerdner en mai 2008
Marche silencieuse à la mémoire de Joseph Gerdner en mai 2008 © MaxPPP

La France a été condamnée ce jeudi par la Cour européenne des droits de l'Homme pour non respect du "droit à la vie" après la mort en 2008 de Joseph Guerdner pendant sa garde à vue à Draguignan.

Joseph Guerdner c'est cet homme de 27 ans issu de la communauté des gens du voyage qui avait été abattu une nuit de mai 2008 par un gendarme , Christophe Monchal, dans l'enceinte de la caserne de gendarmerie de Draguignan, alors qu'il tentait de s'enfuir à pieds pendant sa garde à vue.

Gendarme 1

Le gendarme, auteur des coups de feu mortels, avait été renvoyé devant la cour d'assises du Var en septembre 2010 et acquitté pour irresponsabilité pénale , la cour ayant estimé qu'il avait ouvert le feu de façon réglementaire. Une décision qui avait d'ailleurs entrainé quelques bousculades entre les gens du voyage et les forces de l'ordre dans l'enceinte du palais de justice.

En condamnant la France, la Cour européenne des droits de l'Homme contredit donc la décision de la cour d'assises du Var .

Elle estime que les conditions n'étaient pas réunies pour que le gendarme ouvre le feu de cette manière : Joseph Guerdner était entravé aux chevilles, n'était pas armé et le gendarme avait tiré dans son dos à sept reprises, le touchant trois fois.

gendarme 2

Cette décision de la Cour européenne des droits de l'Homme va notamment permettre à la famille de Joseph Guerdner d'être indemnisée à hauteur d'environ 150.000 euros pour toutes les parties civiles.

Partager sur :