Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La free party illégale se termine progressivement à Basse-Goulaine, près de Nantes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

La free party illégale touche à sa fin ce dimanche après-midi à Basse-Goulaine près de Nantes ce dimanche. Aucune évacuation par la force n'a eu lieu, mais à 18h dimanche il ne restait que 500 jeunes sur place selon les gendarmes.

Plus d'un millier de jeunes participent à cette free party à Basse-Goulaine
Plus d'un millier de jeunes participent à cette free party à Basse-Goulaine © Radio France - Julie Munch

Les premières voitures commencent à quitter la free party à Basse-Goulaine. "Ils partent par vague de dix", explique un gendarme ce dimanche en début d'après-midi. La free party touche donc à sa fin. En effet, "il n'y a plus de musique depuis 14h30 , et il ne reste que 500 participants sur place", selon les forces de l'ordre. Mais dans la nuit de samedi à dimanche, jusqu'à 2 000 personnes ont fait la fête dans ce champ près de l'aire de covoiturage de Bellevue. 

Des verbalisations en série

Aucune évacuation par la force n'a eu lieu alors qu'un arrêté préfectoral interdit les rassemblements festifs et que dans le contexte de l'épidémie de coronavirus les rassemblements privés de plus de 10 personnes sont interdits. En revanche les forces de l'ordre ont procédé à un grand nombre de verbalisations: à la mi-journée ce dimanche les gendarmes ont verbalisé 198 personnes pour stationnement interdit, 30 pour détention de produits stupéfiants, et 20 pour conduite sous emprise de stupéfiants mais aussi quelques personnes pour défaut de permis ou d'assurance.  

Un appel au dépistage

L'agence régionale de santé (ARS) appelle les participants à cette free party illégale à se faire dépister dans les 48h puis une nouvelle fois dans sept jours. "Pendant la free party les participants ont eu une conduite à risques", écrivent les autorités dans un communiqué. En effet, presque aucun fêtard ne portaient le masque et les gestes barrières n'étaient pas respectés à proximité du mur de son. La mairie de Basse-Goulaine va porter plainte contre X ce lundi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess