Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Péchier à Besançon : un anesthésiste soupçonné d'empoisonnement sur des patients

La garde à vue du docteur Péchier prolongée : "une affaire hors norme" pour l’avocat de familles de victimes

La garde à vue du docteur François Péchier à Besançon a été prolongée de 24h. L'anesthésiste est interrogé sur une cinquantaine de cas suspects. L’avocat des familles de victimes Frédéric Berna considère que si les faits sont avérés, on est face à "une affaire hors norme".

Frédéric Berna, l'avocat de quatre familles de victimes présumées
Frédéric Berna, l'avocat de quatre familles de victimes présumées © Maxppp - OLIVIER LEJEUNE/PHOTOPQR

Besançon, France

Le médecin anesthésiste Frédéric Péchier est entendu depuis mardi matin à Besançon, dans les locaux de la police judiciaire. Mis en examen depuis 2017 pour sept empoisonnements, il est interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects. Sa garde à vue a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires. Elle s’achèvera, au plus tard, jeudi à 9 heures.

Des faits d’empoisonnement potentiels

Au total, on parle de 50 nouveaux cas potentiels. Des chiffres que ne confirme par l’avocat de l’association de défense de victimes présumées, Frédéric Berna. Il explique tout de même que, depuis deux ans, il avait eu vent d’une quarantaine de cas complémentaires. Cela avait été confirmé par les autorités judiciaires et sanitaires.

Il préfère rester prudent, mais estime que si les informations sont confirmées, on serait devant un cas totalement hors norme en France.

"En terme d'empoisonnement, ce serait quasiment du jamais vu en France en tous cas" explique-t-il sur franceinfo.

L’avocat de quatre familles de victimes présumées ajoute que le docteur Péchier a un profil particulier : "Il ne cesse d'affirmer qu'il est le meilleur anesthésiste de tous les temps, qu'il est impossible qu'il ait pu faire des erreurs et qu'en fait, c'est toujours la faute des autres qui sont autour de lui et qui ne sont pas suffisamment compétents".  

L’avocat du docteur Péchier dénonce un acharnement

De son côté, l’avocat de Frédéric Péchier, maître Randall Schwerdorffer dénonçait mardi soir un acharnement. Pour lui, le chiffre de 50 cas suspects est largement exagéré. Il ajoute que son client continue de clamer son innocence.

Le docteur Péchier est placé sous contrôle judiciaire, avec une interdiction d'exercer pour sept cas de patients âgés de 37 à 53 ans qui avaient subi, entre 2008 et 2017, des interventions chirurgicales ne présentant pas de difficultés particulières. 

Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir sciemment modifié les poches d'injection de confrères afin de provoquer des incidents opératoires pour exercer ensuite ses talents de réanimateur.