Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La ministre de la Justice parle d'un "événement grave" à la prison de Nîmes

lundi 6 août 2018 à 19:37 Par Guillemette Franquet, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

Nicole Belloubet, la Garde des Sceaux, s'est rendue à la maison d'arrêt de Nîmes ce lundi après-midi, après l'agression d'un surveillant par un détenu au profil psychiatrique lourd. La ministre de la Justice y a multiplié les promesses.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, devant la maison d'arrêt de Nîmes
La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, devant la maison d'arrêt de Nîmes - Préfecture du Gard

Nîmes, France

La Garde des Sceaux est arrivée dans une ambiance tendue à Nîmes. La prison, l'une des plus surpeuplées de France, était bloquée depuis le matin par les surveillants. Ces derniers ont refusé de prendre la relève des gardiens de nuit, en protestation contre l'agression dont l'un d'entre eux a été victime dimanche. Le surveillant a été blessé au cou avec une lame de rasoir par un détenu au profil psychiatrique difficile, il a reçu 11 points de suture. 

La ministre de la Justice a interrompu ses vacances pour venir en urgence à la prison nîmoise. "C'est un évènement grave puisqu'il y a eu une tentative d'homicide sur un surveillant pénitentiaire, donc il me semblait très naturel de venir à la maison d'arrêt de Nîmes", a-t-elle déclaré. La ministre a pu rencontrer le surveillant blessé et prendre de ses nouvelles. 

Des mesures immédiates et d'autres à plus long terme

Nicole Belloubet a échangé avec les personnels de direction, les surveillants et les organisations syndicales. Pour désengorger les prisons, elle promet 120 nouvelles places à l'horizon 2021 dans la prison de Nîmes, avec un début des travaux en 2019. 

Par ailleurs, elle confirme la construction d'un nouvel établissement pénitentiaire dans la région avec 400 nouvelles places.

Sept surveillants supplémentaires attendus avant la fin de l'année

La ministre de la Justice a promis d'évaluer des demandes de transfèrement de détenus au profil psychiatrique lourd. L'agresseur sera transféré ainsi que trois autres détenus jugés dangereux et deux dossiers sont encore à évaluer. 

Les effectifs du personnel de surveillance seront augmentés : sept personnes supplémentaires sont attendues entre septembre et décembre.

Nicole Belloubet évalue également avec Agnès Buzyn l'augmentation du nombre d'unités pour malades difficiles (UMD), les lieux où les détenus avec des profils psychiatriques difficiles sont pris en charge.