Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Alès aura bien sa maison d'arrêt, confirme la ministre de la Justice aux élus gardois

mardi 9 octobre 2018 à 22:29 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère

Entre Alès et Nîmes, les supputations allaient bon train. Finalement, c'est la ministre de la justice Nicole Belloubet elle-même qui a levé ce mardi soir le suspense. La maison d'arrêt qui devrait accueillir 450 détenus se fera bien sur le bassin alésien.

Alès aura bien sa maison d'arrêt.
Alès aura bien sa maison d'arrêt. © Maxppp - XXXXXX

Alès, France

La ministre de la Justice Nicole Belloubet, comme elle l'avait fait avec la présidente de région Carole Delga, a informé ce mardi soir, le député LREM du Gard Olivier Gaillard, que la ville d'Alès était choisie pour être le lieu d'implantation de la future maison d'arrêt de 450 places. La seconde du département.

Une victoire collective estime le député qui y associe ses homologues élus

Parmi lesquels, la député LREM Annie Chapelier, Simon Sutourd sénateur PS ou le prèsident du conseil départemental, le socialiste Denis Bouad. Egalement associés à cette victoire collective, le président LR d'Alès agglomération Max Roustan ou le conseiller régional LR Christophe Rivenq. Une décision positive pour tout un territoire. L'investissement prévu devrait se situer entre 200 et 300 millions d'euros et créer 400 emplois.

Alès jusqu'au bout au coude à coude avec Nîmes

Cette construction inscrite dans un plan de lutte contre la surpopulation carcérale dans le Gard a vu les deux villes s'affronter à fleurets mouchetés. On se souvient par exemple que le procureur de Nîmes Eric Maurel avait trouvé publiquement plus logique une maison d'arrêt près du tribunal de grande instance de la capitale départementale. L'éloignement des grands axes routiers avait été aussi un argument entendu et ses difficultés  notamment en terme de transport pénitentiaire. La garde des sceaux a tranché en faveur d'Alès.

Deux sites identifiés comme pouvant accueillir l'établissement pénitentiaire

Deux sites sur le bassin alésien avaient été identifiés et présentés aux services du ministère de la justice comme emprises foncières disponibles pour le futur établissement pénitentiaire destiné à accueillir 450 détenus. Nicole Belloubet, ministre de la justice et garde des sceaux annoncera la semaine prochaine, celui qui a été retenu.