Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Amende annulée pour la Tarnaise venue saluer son mari à la fenêtre d'un EHPAD

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Après la vive émotion soulevée par la verbalisation d'Hedwig, 79 ans, venue faire un signe à son mari derrière la fenêtre d'un EHPAD de Graulhet, la gendarmerie du Tarn a demandé l'annulation de l'amende.

Un contrôle de gendarmerie, pendant le confinement lié au Coronavirus.
Un contrôle de gendarmerie, pendant le confinement lié au Coronavirus. © Maxppp - Patrice Saucourt

La gendarmerie et la préfecture du Tarn font marche arrière, après la verbalisation d'une femme de 79 ans, jeudi 9 avril dernier à Graulhet. Hedwig, 79 ans, avait reçu une amende de 135 euros, alors qu'elle saluait son mari depuis l'extérieur, à travers la fenêtre fermée d'une maison de retraite. Munie d'une attestation dérogatoire au confinement, le temps d'une promenade, elle écrivait des messages sur une ardoise, que Jean-Jacques, 93 ans, pouvait lire.

Les deux gendarmes avaient justifié la verbalisation au nom du "cordon sanitaire". La préfecture en avait fait de même par courrier électronique les jours suivants. "Votre mère était bien en infraction" avaient précisé les services de l'Etat dans le Tarn, dans ce message adressé à la fille du couple.

Il y a peut-être eu un peu d'excès

Mais dans une publication Facebook, ce mercredi 15 avril, la gendarmerie du Tarn explique "au regard du contexte particulier de cette situation" avoir "demandé à l'autorité judiciaire de ne pas poursuivre l'infraction, qui a été annulée". 

Mardi soir, la préfecture avait finalement reconnu auprès de l'Agence France Presse que dans cette affaire, "il y a peut-être eu un peu d'excès", et avait précisé que la gendarmerie allait "rentrer en contact avec la famille pour éteindre la procédure".

La Préfète du Tarn, Catherine Ferrier, réagit également à cette polémique : "Il y a eu un manque de discernement, les gendarmes ont peut-être été un peu dépassés. Le colonel s'est excusé auprès de la famille. Mais il y a un contexte particulier : dans cette maison de retraite, des familles venaient de plus en plus fréquemment cogner aux carreaux de leurs proches. On le comprend mais la situation devenait confuse. Et les personnes âgées sont les plus exposées. Nos Ehpad n'ont pas de moyens pour contrôler que les carreaux ne s'ouvrent pas et les gendarmes ne peuvent pas être derrière chaque fenêtre pour vérifier qu'il n'y a pas d'abus. J'espère que les familles le comprendront."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess